Le «Titanic» a été découvert grâce à la guerre froide

InsoliteUne exposition à Washington révèle la véritable histoire de la découverte du «Titanic», en 1985.

L’expédition menée par Robert Ballard en 1985 à la recherche du «Titanic» était en réalité une couverture pour une mission commanditée par la marine américaine. Celle-ci avait pour but de retrouver deux sous-marins nucléaires américains – l’«USS Thresher» et l’«USS Scorpion» – coulés en 1963 et en 1968.

L’expédition menée par Robert Ballard en 1985 à la recherche du «Titanic» était en réalité une couverture pour une mission commanditée par la marine américaine. Celle-ci avait pour but de retrouver deux sous-marins nucléaires américains – l’«USS Thresher» et l’«USS Scorpion» – coulés en 1963 et en 1968. Image: GETTY IMAGES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Robert Ballard a porté un lourd secret pendant des années. L’ancien commandant de la marine américaine qui a découvert le Titanic en 1985 au fond de l’océan Atlantique avait reçu l’ordre d’étudier deux sous-marins nucléaires américains – l’USS Thresher et l’USS Scorpion – qui avaient respectivement coulé en 1963 et en 1968. La quête de l’ancien paquebot, qui avait sombré en 1912 à 600 kilomètres des côtes canadiennes, n’était qu’une couverture. «Nous savions où étaient les sous-marins», a révélé Robert Ballard mercredi à la chaîne CNN. «Ils (ndlr: ses supérieurs) voulaient que j’y aille sans que les Russes me suivent, parce que nous nous intéressions aux armes nucléaires du Scorpion et à l’impact des réacteurs nucléaires sur l’environnement.»

Histoire méconnue

Certains éléments de cette mission top-secret sont sortis au compte-gouttes au fil des ans jusqu’à ce que la Marine américaine décide de la déclassifier en 2008. Cette histoire méconnue fait aujourd’hui l’objet d’une exposition au Musée du National Geographic, à Washington. On y découvre l’accord conclu par Robert Ballard avec ses supérieurs: après avoir étudié l’USS Scorpion, il pourrait utiliser le reste du temps et de l’argent qui lui avaient été alloués et concentrer ses recherches sur le Titanic.

Douze jours. Voilà ce qu’il restait à Robert Ballard pour réaliser son rêve après avoir accompli la phase militaire de sa mission. En 1982, il avait demandé des fonds à la marine pour développer la technologie nécessaire afin de retrouver le célèbre paquebot, dont le naufrage avait fait plus de 1500 morts. Le navire reposait à plus 12'500 pieds de la surface (3,8 kilomètres) quand Robert Ballard et son équipe franco-américaine l’ont retrouvé le 1er septembre 1985. «Notre première réaction fut de nous réjouir», a réagi Robert Ballard dans un article du «New York Times» paru deux jours après sa découverte. «Ensuite, nous avons réalisé que nous avions trouvé le bateau dans lequel 1500 personnes ont péri.»

Au fil des ans, le marin a parlé des images qui l’ont marqué. Il a décrit son souvenir des chaussures retrouvées au fond de l’océan, près de la carcasse du bateau. «C’est une tombe», a-t-il déclaré au mois de juin dernier au magazine «On Tap» à Washington. «Rien n’est petit au fond [de l’océan]. Tout paraît immense. Mais il y avait ces petites paires de chaussures.»

Le jour où il a découvert le Titanic, Robert Ballard a pris ses supérieurs de court. «La marine ne s’attendait pas à ce que je trouve le Titanic», a-t-il raconté au «National Geographic». «Quand c’est arrivé, ils se sont inquiétés de la couverture médiatique. Mais les gens étaient tellement obnubilés par la légende du Titanic qu’ils n’ont pas fait le rapprochement.»

Dans l’article du «New York Times» publié deux jours après la découverte du paquebot, Robert Spindel, l’un des collègues de Robert Ballard à l’époque, avait assuré que la mission était purement scientifique. «Il n’y a rien de top-secret», avait-il affirmé. «En de rares occasions, la marine nous demande de faire quelque chose car nous avons des capacités. Mais ce n’était pas le cas cette fois-ci.» La marine américaine avait déclaré la même chose. Et la première partie de la mission de Robert Ballard, au cours de laquelle il avait étudié l’USS Scorpion au large des Açores, avait été décrite dans les colonnes du quotidien new-yorkais comme un test marin avant que ne commencent les recherches du Titanic.

Nombreux secrets

En 1986, Robert Ballard est retourné à l’endroit où il a découvert le Titanic pour poursuivre ses recherches à bord d’un submersible et avec un engin téléguidé. «C’était vraiment effrayant», a révélé le commandant sur CNN à propos de cette seconde mission que la marine voulait effectuer à l’abri du regard des Soviétiques. «Allaient-ils me suivre?» L’ancien commandant dit avoir «fait son travail» en 1985 et avoue avoir encore de nombreux secrets sur ses autres missions pour la marine américaine. À 76 ans, il continue à explorer l’écosystème des fonds marins. Cette année, à bord du Nautilus, il a concentré ses recherches sur les côtes canadiennes et américaines de l’océan Pacifique ainsi que sur les îles hawaïennes.

À l’époque, plusieurs journaux aux États-Unis s’étaient fait l’écho de la disparition du «Thresher» (TDG)

Créé: 14.12.2018, 22h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.