Le Kremlin tempête contre les sanctions

Affaire SkripalLa Russie a vivement critiqué jeudi les sanctions des Etats-Unis à son égard suite à l'empoisonnement de l'ex-agent double Serguei Skripal en Grande-Bretagne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Inadmissibles», «inamicales», «illégales»... Le Kremlin a vivement dénoncé jeudi l'annonce par les Etats-Unis de nouvelles sanctions économiques contre la Russie en lien avec l'empoisonnement à l'agent Novitchok au Royaume-Uni. Une nouvelle escalade entre Moscou et Washington est à craindre.

Moins d'un mois après les échanges d'amabilités du sommet d'Helsinki entre Donald Trump et Vladimir Poutine, l'heure est de nouveau à la confrontation. Et alors que la Russie commençait à s'inquiéter des initiatives de parlementaires américains prompts à vouloir la punir pour son ingérence présumée dans ses élections, l'attaque est venue de l'administration, en lien avec un autre sujet de discorde.

Le département d'Etat a expliqué avoir «déterminé (...) que le gouvernement russe avait utilisé des armes chimiques ou biologiques en violation des lois internationales» lors de l'empoisonnement début mars à Salisbury, au Royaume-Uni, de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia.

Inacceptable

«Nous considérons comme absolument inacceptable l'annonce de nouvelles restrictions en lien avec l'affaire de Salisbury et les considérons comme illégales», a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. «Nous démentons encore une fois de la manière la plus catégorique toutes les déclarations sur une quelconque implication de la Russie».

M. Peskov a qualifié Washington de «partenaire imprévisible» mais a ajouté «garder espoir en des relations constructives avec Washington»: «Ces relations ne sont pas seulement dans les intérêts de nos deux peuples mais aussi de la stabilité et de la sécurité dans le monde».

Le ministère des Affaires étrangères a aussi accusé Washington d'avoir «sciemment choisi le chemin de la confrontation dans les relations bilatérales qui sont déjà pratiquement réduites à zéro par ses propres efforts». Par la voix de sa porte-parole Maria Zakharova, il a averti qu'une riposte serait mise au point.

L'annonce de nouvelles sanctions avait provoqué un coup de tabac jeudi à l'ouverture des marchés financiers russes, avant un retour au calme progressif en cours de journée. La monnaie russe est tombée à son plus bas niveau en près de deux ans face au dollar, qui a franchi le seuil des 66 roubles. L'euro a dépassé 77 roubles pour la première fois depuis avril dernier.

«Le système financier russe est suffisamment solide: il a montré sa solidité dans des moments assez difficiles», a tempéré M. Peskov alors que la Russie est soumise à des sanctions de plus en plus strictes depuis l'annexion de la Crimée en 2014.

Agent neurotoxique

L'empoisonnement confirmé de l'ex-agent double et de sa fille par leur exposition au Novitchok, un agent neurotoxique mis au point par l'Union soviétique à la fin de la Guerre froide, avait été attribué par Londres au gouvernement russe. Moscou avait nié toute implication et demandé des preuves.

Une Britannique de 44 ans, mère de trois enfants, est ensuite morte le 8 juillet après avoir été exposée à un poison contenu dans un flacon de parfum. La police britannique a établi qu'elle avait été exposée au Novitchok.

Coup dur

Les sanctions envisagées par Washington, qui portent sur l'exportation de certains produits technologiques, comme des appareils ou de l'équipement électroniques, pourraient coûter «des centaines de millions de dollars» à l'économie russe, a indiqué un responsable américain ayant requis l'anonymat.

En cas de non respect de certaines exigences, une deuxième salve de sanctions «draconiennes» serait décrétée, a poursuivi le haut responsable américain. Elles pourraient aller jusqu'à interdire les aéroports américains aux compagnies aériennes russes ou même suspendre les relations diplomatiques entre les deux pays.

«Les sanctions en elles-mêmes ne sont pas destructrices mais elles vont porter un coup à l'appétit des investisseurs et saper la confiance pour les investissements en Russie», ont commenté les analystes de la banque russe Alfa.

Dès mercredi, les marchés russes avaient accusé le coup après des articles de la presse russe faisant état de la volonté des parlementaires américains de s'attaquer à la dette de l'Etat russe.

L'économie russe est sortie fin 2016 de deux ans de récession due aux sanctions introduites en raison de la crise ukrainienne et à l'effondrement des prix des hydrocarbures, dont le pays est très dépendant. (ats/nxp)

Créé: 09.08.2018, 15h52

Articles en relation

Skripal: Washington sanctionne Moscou

Etats-Unis Les sanctions économiques devraient entrer en vigueur fin août, mais le gouvernement américain n'a pas précisé la nature de ces représailles. Plus...

Les empoisonneurs de Sergueï Skripal identifiés

Angleterre Grâce à des caméras de vidéosurveillance, la police britannique dit avoir identifié plusieurs suspects dans l'affaire Skripal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...