«Le Front national, c’est une affaire de gros sous pour le clan des Le Pen»

FranceLes enquêtes se multiplient sur le Front national. Un livre met en lumière l’argent secret du FN et l’entourage de Marine Le Pen.

Image: JOEL SAGET

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A deux semaines du premier tour de la présidentielle française, Marine Le Pen reste la favorite dans les sondages. Durant la campagne, les affaires la visant elle, son parti ou ses élus se sont multipliées. Deux journalistes français ont enquêté sur l’argent secret, le financement et les hommes de l’ombre du parti. Dans leur livre «Marine est au courant de tout…», Marine Turchi et Mathias Destal estiment que le Front national reste un parti d’extrême droite et l’affaire d’un clan autour des Le Pen. Entretien avec l’un des auteurs, Mathias Destal.

Les enquêtes se multiplient sur les pratiques du Front national. Quelle affaire a le plus d’impact?

La première affaire, c’est celle du patrimoine de Marine Le Pen et sa sous-évaluation du prix de ses quatre propriétés. Trois autres concernent le financement de campagnes électorales sous sa présidence. L’une d’elles est renvoyée devant le Tribunal correctionnel dans l’année, avec dix mises en examen, dont celles du FN, du microparti qui finance les campagnes (Jeanne) et de prestataires de services, proches de Marine Le Pen, pour escroquerie et abus de biens sociaux. Mais il y a surtout l’affaire des emplois fictifs du Parlement européen, qui les inquiète beaucoup. Les personnes visées sont nombreuses et Marine Le Pen elle-même a été convoquée, mais elle n’a pas été mise en examen car elle ne s’est pas présentée (ndlr: depuis, une nouvelle affaire d’emploi fictif au Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais a été révélée mercredi par «Le Canard enchaîné» ).

Marine est-elle vraiment au courant de tout, comme le dit le titre de votre livre?

Cette phrase est tirée d’une écoute policière. Marine Le Pen joue depuis longtemps sur la normalisation et la dédiabolisation du parti. Vous avez Florian Filippot, qui vient de la gauche souverainiste et qui présente bien sur les plateaux télé. Et, en arrière-boutique, il y a son «équipe bis», au profil d’extrême droite. C’est très cloisonné. Devant les juges, elle explique qu’elle n’est pas au courant de la façon dont le FN se finance, de comment fonctionne Jeanne, le microparti de financement. Tout le livre démontre qu’elle est très impliquée dans les affaires financières et qu’elle sait qui fait quoi dans son équipe. Ses plus proches sont des ultraradicaux d’extrême droite, bien loin de Florian Filippot. Elle les connaît bien. Ce sont ses meilleurs amis, qu’elle fréquente depuis vingt-cinq ans. Mais elle prend garde à ne pas être prise en photo avec eux.

Diriez-vous comme le candidat du NPA, Philippe Poutou, lors du dernier débat présidentiel, qu’elle a piqué dans la caisse?

Elle sait en tout cas alimenter les caisses de son parti avec l’argent public, qu’il soit français ou européen. Elle a mis en place toute une ingénierie pour récupérer cet argent, parfois sur le fil de la légalité. Sur la surfacturation des kits de campagne, vendus au candidat et remboursés par les dotations d’Etat, par exemple, les juges diront si ce sont des délits caractérisés ou pas.

A lire votre livre, on se dit que le FN, c’est d’abord une affaire fructueuse pour un clan. C’est cela?

Le FN est un parti atypique dont la structure de pouvoir est hypercentralisée et pyramidale; il est tenu par une seule famille, les Le Pen. Le népotisme au FN permet au clan autour des Le Pen – les époux, les frères, les sœurs, les cousins, les proches – de se faire salarier. A l’époque de Jean-Marie, Marine, tout juste diplômée en droit, a été embauchée au service juridique et touchait l’équivalent de 5000 euros, plus qu’aucun autre permanent du parti. Ce népotisme ambiant a été un des principaux moteurs de la scission de 1998 avec le départ de Bruno Mégret. Aujourd’hui, le compagnon de Marine Le Pen est vice-président et Florian Filippot, qui est aussi vice-président, a fait entrer son frère et son père. Un de ses proches a fait salarier sa maman…

Vous consacrez un chapitre à la Suisse. Quel rôle joue vraiment notre pays pour les Le Pen?

La Suisse, c’est une vieille histoire pour Jean-Marie Le Pen. En touchant l’héritage de l’industriel Lambert, il est devenu millionnaire. Il a aussi trouvé un trésor, des lingots d’or dans la propriété de Lambert à Montretout. On ne sait pas exactement à combien s’élève sa fortune, 20, 3O millions. Une partie de son patrimoine a été cachée en Suisse. En 1992, on a appris qu’il avait ouvert un compte chez UBS. Sa deuxième épouse a aussi un compte. Une enquête a été ouverte sur un compte de son majordome, qui pourrait être un prête-nom pour dissimuler deux millions d’euros. Les services antiblanchiment ont repéré des mouvements sur ses comptes qui coïncidaient avec ses nombreux allers-retours en Suisse.

Vous indiquez aussi que les positions du FN à l’égard de la Russie et de la Syrie, notamment, sont liées à des intérêts. Lesquels?

Vis-à-vis de la Russie, on constate que de nombreuses prises de position prorusses coïncident avec la négociation des prêts de banques russes proches du Kremlin. Des votes au Parlement européen, une demande de levée des sanctions contre la Russie à l’Assemblée nationale, une prise de position de soutien au référendum de Crimée et même un voyage du directeur de cabinet de Marine Le Pen dans le Donbass, la région d’Ukraine enflammée par des séparatistes prorusses. En ce qui concerne la Syrie, Frédéric Chatillon, le patron de Riwal, qui s’occupe du matériel de campagne, fait depuis longtemps des affaires dans ce pays. Et a créé un site de propagande, Infosyrie, en français, pour le régime ou une campagne pour le tourisme en Syrie. Il a aussi organisé un voyage à Damas avec le négationniste Alain Soral et l’antisémite Dieudonné. Il en a ramené des traductions de Mein Kampf en arabe. De retour en France, Frédéric Chatillon est même débriefé par les services de renseignements, car il a ses entrées auprès de Bachar el-Assad.

«Marine est au courant de tout» de Mathias Destal et Marine Turchi, Editions Flammarion Enquête, 380 pages, mars 2017

(TDG)

Créé: 06.04.2017, 20h35

Mathias Destal: Un des auteurs de «Marine
est au courant de tout…»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Donald à l'ONU
Plus...