Lafarge «s'est sûrement retiré trop tard de Syrie»

EnquêteLe patron du conseil d'administration du cimentier reconnaît, dans une interview, des erreurs en Syrie.

Image d'archive - Beat Hess, président du conseil d'administration de LafargeHolcim, s'exprime dans une interview du <i>Figaro</i>, dimanche.

Image d'archive - Beat Hess, président du conseil d'administration de LafargeHolcim, s'exprime dans une interview du Figaro, dimanche. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président du conseil d'administration du cimentier LafargeHolcim, Beat Hess, reconnaît des «erreurs inacceptables» en Syrie dans une interview publiée dimanche par Le Figaro. Trois cadres du groupe franco-suisse ont été inculpés vendredi dans l'enquête sur ses activités en Syrie.

La justice française enquête sur les conditions dans lesquelles le groupe français - absorbé en 2015 par l'entreprise suisse Holcim - a maintenu en 2013-2014 ses activités en Syrie dans une zone de conflit, tenue notamment par l'Etat islamique (EI).

«Il y a eu des erreurs inacceptables que le groupe regrette et condamne. C'est certes plus facile à dire avec le recul, mais le groupe s'est sûrement retiré trop tard de Syrie. Tout cela aurait dû être évité», déclare le dirigeant. «C'est une phase difficile. Mais j'ai pleinement confiance dans la justice française. Si nous pouvons l'aider, nous le ferons. Nos portes sont ouvertes», ajoute-t-il.

Financement de l'EI

Selon des sources familières du dossier, une nouvelle vague d'interrogatoire de dirigeants ou d'anciens dirigeants du groupe, dont l'ex-directeur général Bruno Lafont, est attendue la semaine prochaine.

Interrogé sur ce dernier, Beat Hess répond: «Je n'étais pas dans l'entreprise à l'époque, mais je n'ai aucune raison de douter de Bruno Lafont, au regard de notre enquête interne.»

Trois cadres de Lafarge ont été mis en examen vendredi dans l'enquête sur les activités du groupe franco-suisse en Syrie. La firme est suspectée d'avoir indirectement financé le groupe EI pour faire tourner sa cimenterie dans le pays en guerre en 2013 et 2014. (ats/nxp)

Créé: 04.12.2017, 08h08

Articles en relation

Trois cadres de Lafarge mis en examen

Syrie Les juges devront déterminer si les cadres ont bien financé indirectement l'EI afin de rester en Syrie. Plus...

Trois cadres de Lafarge placés en garde à vue

Syrie Les enquêteurs s'attachent à déterminer les liens qu'a pu entretenir, notamment avec l'EI, le cimentier, qui a fusionné en 2015 avec le Suisse Holcim. Plus...

Activités en Syrie: Lafarge perquisitionné

Europe Des perquisitions ont eu lieu mardi au siège parisien de Lafarge, dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement indirect de groupes djihadistes en Syrie. Plus...

Les dessous du pacte de Lafarge avec l'EI

Syrie Des anciens responsables du groupe cimentier français expliquent les raisons pour lesquelles, la société est restée à tout prix en Syrie. Plus...

L'enquête sur Lafarge en Syrie rebondit à Paris

France Le groupe de matériaux de construction est accusé d'avoir financé des groupes terroristes. L'enquête se poursuit à Paris. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Russiagate: y a-il eu collusion entre Trump et Poutine?
Plus...