La marque «Fuct» devant la Cour suprême

Etats-UnisLa marque de vêtement «Fuct» promeut-elle la vulgarité? La Cour suprême a informé s'être emparée de cette affaire.

Erik Brunetti est le créateur de cette ligne de vêtements.

Erik Brunetti est le créateur de cette ligne de vêtements. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour suprême des Etats-Unis a accepté vendredi de se saisir du dossier d'une ligne de vêtements nommée «Fuct», que le gouvernement ne veut pas inscrire au registre des marques pour ne pas promouvoir «la vulgarité».

La plus haute juridiction américaine n'a pas dit quand elle examinerait ce dossier qui oppose les lois de protection de la propriété intellectuelle au principe de la liberté d'expression. Mais il y a fort à parier qu'aucune audience n'aura jamais été ponctuée d'autant de jurons.

Au coeur du dossier se trouve en effet cette marque, «Fuct», homonyme de «fuck», l'interjection vulgaire la plus usitée en anglais.

L'artiste et désigner Erik Brunetti a fondé en 1990 à Los Angeles une ligne de vêtements «streetwear» à ce nom, en détournant des éléments de la pop culture et des slogans anti-religieux ou anti-gouvernementaux.

En 2011, il avait demandé à enregistrer la marque au registre fédéral qui protège la propriété intellectuelle. Il avait essuyé un refus, au nom d'une loi qui permet de rejeter les demandes «scandaleuses» ou «immorales». Estimant ses droits bafoués, il avait saisi la justice.

Droit à la liberté d'expression bafoué

Un tribunal d'appel lui a donné raison, en estimant que la loi invoquée bafoue le premier amendement de la Constitution américaine sur la liberté d'expression. Le gouvernement du républicain Donald Trump a alors demandé à la Cour suprême d'intervenir, jugeant cette interprétation du droit erronée.

L'article de loi contesté «n'interdit aucun discours, aucun produit et ne limite l'usage d'aucune marque», a souligné l'administration dans sa requête. «Elle permet juste de refuser de donner les bénéfices d'une inscription au registre à des marques scandaleuses».

Tout en estimant que la cour d'appel avait eu raison, Erik Brunetti a également jugé salutaire que la Cour suprême se prononce puisque cela devrait permettre à d'autres marques tenues à l'écart du registre de profiter de cette jurisprudence.

«C'est un grand jour pour la liberté d'expression, parce que cette affaire ne tourne pas simplement autour d'Erik Brunetti», a déclaré son avocat, John Sommer, à l'AFP. En 2017, la Cour suprême avait déjà donné raison à un groupe de rock au nom jugé raciste, «The Slants» («Les Bridés»), en considérant que la formation pouvait officiellement déposer son nom. (afp/nxp)

Créé: 05.01.2019, 09h22

Articles en relation

Dix ans de prison pour l'opposant Ahmed Mansoor

Emirats arabes Ahmed Mansoor a été condamné le 29 mai à 10 ans de prison pour ses publications sur les réseaux sociaux. La cour suprême émirati confirme cette peine. Plus...

La Cour suprême jugera sur la propriété intellectuelle

Chine Dès 2019, la Cour suprême chinoise va se saisir des appels concernant des affaires de droit de propriété intellectuelle, auparavant jugées au niveau des hautes cours provinciales. Plus...

La Cour suprême renonce à juger six Catalans

Espagne Six membres du parlement dissous après la tentative de sécession seront jugés par un tribunal catalan. Plus...

La Cour suprême refuse la limite du droit d'asile

Etats-Unis Vendredi, la Cour suprême des Etats-Unis a rejeté les nouvelles mesures de Donald Trump restreignant le droit d'asile. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des jeunes pour le climat
Plus...