La fille au pair «vivait comme une princesse»

Affaire LionnetSabrina Kouider, accusée du meurtre de Sophie Lionnet, a qualifié les conditions de vie de la victime d'idéales.

Sabrina Kouider (à gauche) comparait devant un Tribunal de Londres pour le meurtre présumé de sa fille au pair, Sophie Lionnet. (photos Facebook)

Sabrina Kouider (à gauche) comparait devant un Tribunal de Londres pour le meurtre présumé de sa fille au pair, Sophie Lionnet. (photos Facebook)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sabrina Kouider, accusée d'avoir maltraité et tué sa jeune fille au pair, Sophie Lionnet, a assuré que celle-ci «vivait comme une princesse» à Londres et que c'était elle «l'esclave» de la maison, vendredi, lors de son procès à Londres.

«C'était moi l'esclave dans la maison», s'est-elle insurgée, interrogée par le procureur. «C'était moi qui cuisinait, nettoyait. Elle vivait comme une princesse dans ma maison». La jeune fille mentait à sa mère quand elle lui écrivait vouloir rentrer chez elle, mais en être empêchée faute d'être payée par ses employeurs, a prétendu l'accusée, qui comparaît aux côtés de son compagnon Ouissem Medouni devant la Cour criminelle de l'Old Bailey, à Londres.

«Très, très heureuse»

Même durant la période de Noël 2016, alors que Sophie Lionnet n'avait plus vu sa famille depuis son embauche un an plus tôt, elle a préféré rester chez eux, selon elle. «Elle était très, très heureuse. Elle ne voulait pas aller dans sa famille», a affirmé cette mère de famille de 35 ans, chevelure noire lâchée sur une veste sombre.

«Elle ne l'a pas demandé parce que nous avions des moments formidables», a-t-elle poursuivi. «Elle s'amusait. (...) Je pense que c'est le meilleur Noël que nous ayons jamais eu». Sabrina Kouider a soutenu que la jeune nounou «aurait pu partir n'importe quand si elle le voulait. Elle avait de l'argent». Elle a assuré l'avoir payée 50 livres par semaine, plus des «extras» tels que des vêtements.

Frappée avec un câble

L'accusée a une nouvelle fois démenti avoir torturé et tué Sophie Lionnet, dont le corps carbonisé a été retrouvé le 20 septembre 2017. Elle a reconnu uniquement l'avoir frappée avec un câble électrique à une reprise. Sabrina Kouider et Ouissem Medouni s'accusent mutuellement du meurtre. «Je n'ai pas tué Sophie», a martelé Sabrina Kouider. «Je traitais bien Sophie. Je la respectais», a-t-elle dit, avançant avoir même été «trop gentille» et «trop généreuse» avec la jeune fille.

Sabrina Kouider était persuadée que la victime avait comploté avec Mark Walton, père d'un de ses deux garçons et fondateur du boys band Boyzone, pour droguer et abuser sexuellement de sa famille. Pour la faire avouer, Ouissem Medouni et elle lui faisaient subir des interrogatoires musclés et enregistrés, le dernier, filmé, ayant été mené peu avant son décès.

«Si ce n'était pas vrai, pourquoi Sophie est venue me le dire», a-t-elle rétorqué au procureur Richard Horwell qui l'interrogeait. «Peut-être essayez-vous de protéger Mark Walton. Oui, vous essayez de protéger Mark Walton», lui a-t-elle lancé, accusant aussi la police de n'avoir pas agi. «Tout est toujours la faute de quelqu'un d'autre avec nous, n'est-ce pas?», a déploré le magistrat.

«Elle jouait la victime»

Interrompant régulièrement le procureur, Sabrina Kouider s'est énervée, haussant le ton et s'exprimant d'une voix tremblante et saccadée, parfois ponctuée de pleurs. «Sophie, elle me rendait folle!», a-t-elle fini par lâcher. «Elle agissait de manière malfaisante» mais «elle jouait la victime», a-t-elle ajouté. «C'était moi la prisonnière (...) pendant que Sophie se baladait (dans la maison) avec Mark Walton», a-t-elle encore affirmé.

Le procureur lui a demandé de regarder une photo de la victime, où elle apparaît émaciée et effrayée, peu avant sa mort. «Que diable est-il arrivé à cette femme?». «Je ne sais pas», a répondu l'accusée, blâmant la mauvaise qualité de la photo avant de noter que Sophie Lionnet était «mince». Richard Horwell a mis en exergue ses incohérences. «Vous êtes le dernier témoin dans cette affaire. Ceci pourrait être la dernière occasion pour vous de dire à ce jury ce qui s'est passé», lui a-t-il fait remarquer. «Avez-vous quelque chose à dire?» «Non. J'ai tout dit et tout ce que j'ai dit est vrai», a rétorqué Sabrina Kouider.

Plus tard, pressée de questions, elle s'effondre en pleurs: «Je n'en peux plus». Le procès, commencé le 19 mars, se poursuivra mardi.

(afp/nxp)

Créé: 04.05.2018, 19h49

Articles en relation

La fille au pair tuée, une «menteuse» invétérée?

Procès Lionnet Le procès de la femme suspectée d'avoir tué sa jeune fille au pair avec son compagnon se poursuit à Londres. Plus...

L'avocat du compagnon attaque l'accusée

Procès Lionnet La femme suspectée d'avoir tué sa jeune fille au pair avec son compagnon est pointée du doigt par la défense de son ami pour de «fausses accusations». Plus...

Elle reconnaît avoir été violente avec la jeune fille

Procès Lionnet La femme suspectée d'avoir tué avec son compagnon la jeune fille au pair reconnaît avoir été violente avec la victime. Plus...

L'accusée retrace une vie chaotique

Procès Lionnet La femme suspectée d'avoir tué avec son compagnon sa fille au pair en 2017 a témoigné vendredi devant la cour criminelle de l'Old Bailey. Plus...

L'accusé plus que jamais convaincu d'un complot

Procès Lionnet L'homme suspecté d'avoir tué la jeune fille au pair à Londres en 2017 soutient qu'elle conspirait contre sa famille. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...