La Suède championne des énergies renouvelables

Environnement Les pays scandinaves tiennent la tête du classement en termes d'énergie verte. En Suisse, ces énergies représentent 22% de la consommation.

En Suisse, les éoliennes peinent à prendre.

En Suisse, les éoliennes peinent à prendre. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Union européenne, avec 17,5% d'énergies renouvelables consommées en 2017, est sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs écologistes. Mais certains États restent encore loin des buts fixés. En Suisse, les énergies vertes représentent 22% de la consommation.

En 2008, l'UE s'est engagée à faire passer à 20% en 2020 la part de sa consommation finale d'énergie provenant de sources vertes (hydraulique, éolien, solaire, biomasse, etc.) Chaque pays a ses propres objectifs, en fonction de sa situation de départ et de son potentiel, variant de 10 à 49%.

Onze Etats membres ont déjà dépassé les ambitions qui leur étaient fixées, mais l'Office européen des statistiques Eurostat estime que «des efforts» restent à faire pour d'autres pays bien plus en retard. Pour 2030, l'Union européenne s'est engagée à porter la part des renouvelables à 32% de sa consommation d'énergie.

22% en Suisse

La Suisse est bon élève dans le domaine de l'électricité avec plus de 60% de la production qui est d'origine renouvelable. La grande majorité de cette énergie provient des centrales hydroélectriques. Dans le domaine de la mobilité et de la chaleur en revanche, la marge de progression reste très importante.

Au final, sur l'ensemble de la consommation énergétique en Suisse, 22% sont d'origine renouvelable. Ces données proviennent de SuisseEnergie, la plateforme d'information dans le domaine de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

La Suède, championne d'Europe

Les pays scandinaves - Suède, Finlande et Danemark - tiennent pour l'instant la tête du classement européen.

Depuis 2012, plus de la moitié de l'énergie consommée en Suède est issue de sources renouvelables. L'énergie hydraulique assure plus de 40% de la production électrique du pays et les Suédois se chauffent principalement aux biocarburants, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Longtemps dépendant de ses importations d'énergie, le Danemark, petit pays sans relief bordé par la mer, dépend de l'éolien pour 43% de ses besoins électriques, un investissement qui a débuté à la fin des années 70. Le pays se chauffe majoritairement avec des biocarburants et des déchets.

Les Pays-Bas à la traîne

Le Luxembourg (6,4% d'énergies vertes) et les Pays-Bas (6,6%) sont les pays européens qui tirent la plus faible partie de leur consommation des énergies renouvelables. Malgré des investissements dans l'éolien offshore, les Pays-Bas sont les plus en retard sur leurs objectifs.

Le pays est pourtant particulièrement vulnérable aux conséquences du changement climatique, une partie de son territoire se trouvant en dessous du niveau de la mer.

Par ailleurs, suite à une action en justice historique intentée par une ONG, la justice néerlandaise a ordonné à l'Etat de réduire ses émissions de gaz à effet de serre d'au moins 25% d'ici 2020.

La France préfère le nucléaire

Inspirées par la décision néerlandaise, quatre ONG ont attaqué mi-mars l'Etat français pour «manquements» à son obligation d'action contre le réchauffement climatique. En 2017, la part des énergies renouvelables dans la consommation d'énergie française atteignait 16,3% pour 23% attendus en 2020.

La France a en effet longtemps privilégié les investissements dans le nucléaire, dont provient plus de 70% de son électricité. Le bois et l'hydraulique sont les principales sources d'énergie verte française, devant les biocarburants.

Le gouvernement s'est engagé à fermer 14 réacteurs nucléaires d'ici 2035 et à arrêter d'ici 2022 quatre centrales à charbon encore en fonctionnement, sous réserve que la sécurité d'approvisionnement électrique soit garantie.

L'Allemagne entre charbon et éolien

Si les énergies renouvelables allemandes - principalement l'éolien et le solaire - montent en puissance, elles n'assuraient que 15,5% de l'énergie finale consommée en 2017, pour un objectif de 18% en 2020.

Le charbon reste une pierre angulaire de la politique énergétique du pays, en raison notamment de la sortie programmée du nucléaire à l'horizon 2022. 37% de la production d'électricité allemande et plus de 30% de son chauffage proviennent du charbon.

La première économie européenne veut progressivement en sortir pour pouvoir respecter ses engagements climatiques de réduction d'émissions polluantes. Une nouvelle loi-cadre sur la protection du climat est attendue courant 2019. (ats/nxp)

Créé: 31.03.2019, 21h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...