L'ex-présidente Park Geun-Hye inculpée

Corée du SudDéjà sous le coup de multiples chefs d'inculpation, Park Geun-Hye a détourné les fonds spéciaux des renseignements.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'ex-présidente sud-coréenne destituée Park Geun-Hye a été inculpée jeudi pour avoir détourné l'équivalent de millions de francs de fonds secrets des renseignements, rapportent les médias locaux. Elle est actuellement jugée pour corruption.

Park Geun-Hye aurait reçu chaque mois, entre 2013 et le milieu de l'année 2016, entre 50 et 200 millions de wons (46'000 à 184'000 francs) du Service national du renseignement (NIS), a affirmé le parquet aux médias sud-coréens. Ces sommes, qui s'élèveraient au total à 3,8 milliards de wons, étaient selon les médias remis par des agents du renseignement aux conseillers de Park Geun-Hye sur des parkings déserts ou dans des ruelles peu fréquentées proches de la présidence.

«Fonds spéciaux»

L'argent provenait selon l'agence sud-coréenne Yonhap des «fonds spéciaux» que les renseignements peuvent utiliser sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. D'après les médias, l'ex-présidente aurait dépensé ces sommes à des fins personnelles comme des injections de Botox, des vêtements ou le financement de téléphones mobiles utilisés par ses amis.

Park Geun-Hye a été destituée par le Parlement le 9 décembre 2016. Cette décision, confirmée en mars par la Cour constitutionnelle, a entraîné son inculpation et son emprisonnement. Première femme élue présidente en Corée du Sud, elle est jugée depuis mai pour 18 chefs d'accusation y compris corruption, coercition et abus de pouvoir, et risque la prison à vie. Deux autres chefs vont désormais s'y ajouter, corruption et détournement de fonds, selon les médias.

Le scandale qui a coûté son poste à l'ex-présidente porte notamment sur des millions d'euros soutirés aux plus grands conglomérats du pays, comme Samsung. L'ex-présidente est aussi accusée d'avoir laissé sa confidente Choi Soon-Sil, fille d'un leader religieux douteux, se mêler des affaires de l'Etat, qu'il s'agisse des nominations au sommet ou de la garde-robe présidentielle.

(afp/nxp)

Créé: 04.01.2018, 12h39

Articles en relation

Prison requise contre la «Raspoutine»

Corée du Sud Choi Soon-Sil est accusée de collusion avec Park Geun-Hye pour avoir extorqué des millions de dollars de conglomérats. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...