L'Ukraine s'invite à la conférence d'Interlaken

Anti-terrorismeDidier Burkhalter a estimé que le rôle de la Russie serait «crucial» pour obtenir la libération des sept observateurs militaires retenus en otages.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La crise ukrainienne a marqué lundi l'ouverture de la conférence de l'OSCE sur l'antiterrorisme à Interlaken (BE).

La Russie a montré un «signal clair» pour la résolution de cette crise des otages, a affirmé Didier Burkhalter, président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) lors d'une conférence de presse en marge de la conférence. Mais il attend que ce soutien se matérialise sur le terrain et «soit entendu jusqu'à l'autre bout de la chaîne» à Slaviansk.

Situation «inacceptable»

Cette détention est «inacceptable» et tous les acteurs doivent s'engager pour le dialogue plutôt que la violence, a-t-il encore affirmé.

La mission d'observation spéciale de l'OSCE continue de négocier pour ces sept hommes qui n'ont pas été déployés par l'Organisation. Ils se trouvent en Ukraine après un accord entre Kiev et plusieurs Etats membres.

Dans son discours d'ouverture, le président de la Confédération a souligné que la situation ukrainienne montre à quel point les perceptions de menaces extérieures peuvent diverger au sein de l'OSCE.

Pas de rançon

Il a appelé les 57 Etats participants à coopérer dans les domaines, comme la perception des menaces «intérieure» et «transnationale», où une large convergence de vues est constatée. L'OSCE peut aider ces pays grâce à son approche globale qui intègre les volets économiques, sociaux ou des droits de l'homme, a-t-il insisté.

Pour lutter contre les «enlèvements contre rançon» (KFR), Didier Burkhalter souhaite que tous les Etats adoptent la politique du non-paiement de rançon aux terroristes. La conférence d'Interlaken doit contribuer à appliquer au niveau de l'OSCE une résolution récente du Conseil de sécurité de l'ONU qui évoque notamment ce principe.

La priorité doit être la sécurité des otages, a souligné de son côté la cheffe du département des droits de l'homme au Bureau de l'OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l'homme (ODIHR), Snjezana Bokulic.

Comme le chef de la division des menaces transnationales de l'OSCE, Alexei Lyzhenkov, le directeur exécutif du Comité de l'ONU contre le terrorisme Jean-Paul Laborde a estimé que la conférence ne pouvait être organisée «à un meilleur moment». Aussi bien les KFR que les «combattants étrangers» augmentent.

Critique lancée par les ONG

La coopération entre l'ONU et l'OSCE est possible sur les questions de la criminalisation des responsables ou des efforts pour la prévention, a souligné Jean-Paul Laborde. Une réunion au sein de l'ONU est prévue d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué.

Didier Burkhalter a encouragé les Etats de l'OSCE à ratifier les conventions et les protocoles de l'ONU liés au terrorisme et de les appliquer de manière légale et transparente. Une politique anti-terroriste efficace passe par un tel respect des droits de l'homme, selon Snjezana Bokulic. Sinon, «nous perdons le sens de notre lutte», a renchéri Jean-Paul Laborde.

Les Etats surréagissent souvent dans leurs mesures contre le terrorisme, ont indiqué de leur côté à l'ats les représentantes d'Amnesty International (AI) ou de Human Rights Watch (HRW) présentes à Interlaken. Ces ONG dénoncent le mauvais traitement de suspects ou la détention sans mise en accusation.

Aide à la problématique des «combattants étrangers»

L'OSCE peut aussi aider les Etats membres à intégrer la problématique des «combattants étrangers» dans leur stratégie nationale ou leur plan d'action contre le terrorisme, a affirmé le chef de la Confédération Didier Burkhalter.

Elle peut aussi éditer des lignes directrices et des «bonnes pratiques» sur la question des poursuites et des conditions de telles mesures à leur retour, a-t-il dit.

Parmi les quelque 11'000 combattants étrangers en Syrie, environ 2000 viennent d'Etats de l'OSCE, dont 15 à 20 de Suisse.

Quelque 200 participants

Quelque 200 personnes doivent débattre jusqu'à mardi de ces questions. Parmi elles figurent notamment les coordinateurs nationaux du contre-terrorisme des Etats de l'OSCE, des responsables d'organisations internationales, des experts ou encore des ONG. (ats/nxp)

Créé: 28.04.2014, 11h07

Articles en relation

Poutine en Crimée pour des célébrations à Sébastopol

Ukraine Après avoir assisté vendredi matin au défilé à Moscou, le président russe s'est rendu en Crimée pour participer aux célébrations de la victoire sur les nazis organisées à Sébastopol, base historique de la Flotte russe de la mer Noire. Plus...

Obama: «Les provocations russes seront sanctionnées»

Ukraine Les nouvelles sanctions internationales qui pourraient être imposées dès lundi contre la Russie sont destinées à faire cesser les «provocations» de Moscou dans l'est de l'Ukraine, a expliqué le président américain. Plus...

Nouvelles sanctions américaines contre Moscou

Ukraine Le G7 a annoncé samedi sa décision de prendre une nouvelle bordée de sanctions contre la Russie dans la crise ukrainienne. Plus...

Des observateurs de l'OSCE capturés par des séparatistes

Ukraine Alors que Kiev accuse Moscou de vouloir lancer une Guerre mondiale, les Occidentaux menacent la Russie de nouvelles sanctions. Sur le terrain, des séparatistes ont notamment capturé un groupe d'observateurs de l'OSCE à Slaviansk. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les 30 ans du mur de Berlin
Plus...