L'Iran ne fléchit pas face aux menaces américaines

GéopolitiqueLe ministre des Affaires étrangères iranien a répondu aux menaces de Donald Trump et n'est pas impressionné.

Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères de l'Iran.

Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères de l'Iran. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a répondu lundi aux menaces de Donald Trump en affirmant que les «railleries génocidaires» du président américain ne mettraient «pas fin à l'Iran».

L'hôte de la Maison Blanche «espère réussir là où Alexandre (le Grand), Gengis (Khan) et les autres agresseurs ont échoué», a écrit M. Zarif sur Twitter en référence à deux conquérants étrangers ayant dominé la Perse, l'ancien nom de l'Iran, à une période donnée de son histoire plurimillénaire.

«Les Iraniens sont restés debout pendant des millénaires alors que leurs agresseurs (sont) tous partis. Le #TerrorismeEconomique et les railleries génocidaires ne mettront pas fin à l'Iran », a-t-il lancé. «#NeJamaisMenacerUnIranien. Essayez le respect - ça marche», a aussi rétorqué M. Zarif.

La veille, M. Trump avait écrit sur le même réseau social: «si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis».

Lundi soir, le président américain, qui ne cesse de souffler le chaud et le froid, a pourtant semblé tempérer la réalité de la menace iranienne: «Nous n'avons aucune indication que quelque chose s'est passé ou va se passer», a déclaré M. Trump à des journalistes à la Maison Blanche, tout en renouvelant ses menaces en cas d'attaque.

Les relations entre Washington et Téhéran connaissent un nouvel accès de fièvre, après le renforcement début mai de la présence militaire américaine au Moyen-Orient pour faire face à de présumées «menaces» iraniennes. Elles ont réveillé les craintes d'un affrontement entre l'Iran et les Etats-Unis ou certains des alliés régionaux de Washington comme l'Arabie saoudite, que M. Zarif accuse de pousser M. Trump à adopter une ligne dure contre son pays.

«Encourager les crimes de guerre»

Face au renforcement militaire américain dans la région, l'Iran ne cesse de répéter qu'il ne veut pas la guerre tout en prédisant une «défaite» à l'Amérique si celle-ci décide de céder à l'«illusion» de vouloir l'attaquer.

M. Zarif a accusé dans un tweet certains responsables américains de «fouler aux pieds la diplomatie» et «d'encourager les crimes de guerre avec des ventes d'armes massives à des despotes».

Alors que la communauté internationale s'inquiète de ces tensions croissantes, le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a lui donné un conseil «aux Iraniens: ne sous-estimez pas la résolution de la partie américaine».

Les Américains «ne cherchent pas le conflit, ils ne veulent pas la guerre avec l'Iran, mais si des intérêts américains sont attaqués, ils riposteront et c'est une chose à laquelle les Iraniens doivent réfléchir très, très attentivement», a-t-il ajouté en faisant porter la responsabilité de la situation actuelle aux «activités déstabilisatrices» de l'Iran.

Historiquement mauvaises, les relations entre la République islamique d'Iran et les Etats-Unis se sont nettement détériorées depuis que M. Trump a décidé, en mai 2018, de dénoncer unilatéralement l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015. Par cet accord, censé apaiser les craintes de la communauté internationale relatives à une éventuelle fabrication par l'Iran de la bombe atomique, Téhéran a accepté de brider drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

«Fausse information»

Mais conséquence de la dénonciation de ce texte par Washington, l'administration de Donald Trump a rétabli les sanctions économiques américaines contre l'Iran. Cette politique, qualifiée de «terrorisme économique» par Téhéran, empêche l'Iran de bénéficier des avantages qu'il escomptait de l'accord nucléaire.

Engagé dans une politique de «pression maximale» vis-à-vis de Téhéran, M. Trump entend amener l'Iran à négocier un accord «meilleur» que celui de Vienne. Excluant toute négociation «avec le gouvernement américain actuel», l'Iran menace de se désengager progressivement de l'accord nucléaire si ses partenaires encore parties au texte (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines et de bénéficier des avantages promis par ce pacte.

Après s'être dit ouvert à des discussions avec Téhéran, Donald Trump a aussi affirmé lundi que son administration n'avait pas cherché à engager un dialogue avec ce pays, ajoutant que Téhéran devrait faire le premier pas s'il souhaitait négocier avec Washington. (afp/nxp)

Créé: 21.05.2019, 03h48

Les chefs militaires américains au Congrès mardi

Les chefs du Pentagone et de l'état-major américain informeront mardi à huis clos tous les parlementaires du Congrès américain sur les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran, selon un responsable de l'administration Trump. Le ministre de la Défense Patrick Shanahan et le chef d'état-major Joseph Dunford informeront les élus des deux chambres du Congrès, a confirmé à l'AFP ce responsable américain sous couvert d'anonymat. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo devrait aussi s'adresser aux plus de 500 élus conviés lors de la même réunion, d'après des médias américains.

Articles en relation

Un proche de Trump prône une «réponse militaire»

Etats-Unis/ Iran Après la guerre commerciale, le conflit entre Washington et Téhéran se déplace sur le terrain militaire. Plus...

Donald Trump menace Téhéran de destruction

Moyen-Orient «Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran», a déclaré dimanche le président américain sur Twitter. Plus...

Escalade des USA contre l'Iran: «inacceptable»

Diplomatie Le chef de la diplomatie iranienne a haussé le ton jeudi contre Washington, tout en affirmant agir avec «le maximum de retenue». Plus...

Iran: Trump annonce de nouvelles sanctions

Etats-Unis Washington augmente la pression sur Téhéran en visant désormais les secteurs du fer, de l'acier, de l'aluminium et du cuivre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...