L'Erythrée est plus que jamais un Etat prison

Rapport de l'ONUUn rapport de l’ONU publié à Genève érige un portrait accablant de cette dictature. Alors qu’en Europe, certains rêvent de renvoyer ceux qui l’ont fuie.

Issaias Afeworki

Issaias Afeworki Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chaque mois, pas moins de 5000 Erythréens fuient leur pays et le système féroce de répression mis en place par le régime de Issaias Afeworki. C’est le chiffre tiré de l’effarant rapport publié ce lundi à Genève par une commission du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Trois experts ont enquêté durant un an sur la base des témoignages de 550 Erythréens vivant à l’étranger. Car le gouvernement de l’un des pays les plus fermés au monde n’autorise pas les enquêteurs de l’ONU à se rendre sur place. Leur rapport de près de 500 pages, publié hier, est accablant. Il fait état de violations systématiques et à grande échelle des droits humains, dont certaines pourraient constituer des crimes contre l’humanité.

L’enquête met en évidence la manière dont le pays, qui a gagné son indépendance en 1991 après trente ans de guerre contre l’Ethiopie, a glissé vers un Etat prison. Il y a la violence psychologique d’abord, entretenue par un système de surveillance de masse de la population, au point que chaque citoyen, pour survivre, devient un délateur au service de l’Etat. Celui qui s’y refuse risque d’être arrêté et torturé. «Les Erythréens vivent dans la peur constante que leur conduite soit surveillée par des agents de l’Etat et que ces informations mènent à leur arrestation, à la torture, à leur disparition», souligne le rapport. Ils n’ont pas tort, car les piliers de ce régime de terreur reposent effectivement sur les détentions arbitraires, les disparitions forcées et même les exécutions extrajudiciaires. Le système d’espionnage de l’Etat dépasse d’ailleurs largement les frontières du pays. A l’étranger, les réfugiés craignent quasi tous de parler, car ils subissent toujours les pressions de l’appareil d’Etat.

L’Erythrée force également chaque année des milliers de jeunes Erythréens, dont certains sont encore mineurs, à entrer dans l’armée ou d’autres services de l’Etat pour une durée illimitée. Les filles n’y échappent pas, et sont bien souvent livrées à l’esclavage sexuel.

La répression est telle que l’exode, bien que très périlleux, s’accélère. En novembre dernier, le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU estimait à 360 000 le nombre de réfugiés érythréens dans le monde. Ils constituent désormais, en termes de nationalité, le deuxième groupe, derrière les Syriens, à tenter la traversée de la Méditerranée sur des embarcations de fortune. On compte quelque 46 000 arrivées en 2014 sur le sol européen.

Pour l’heure, ces réfugiés ne sont pas renvoyés. Mais certains pays d’Europe sont nerveux. Au point de tordre les faits pour permettre un changement de politique? En novembre dernier, un rapport danois arrivait à la conclusion que le service de recrutement illimité au sein de l’armée en Erythrée n’était pas si inacceptable et que les Erythréens attrapés pour avoir fui le pays n’étaient pas si maltraités que cela… Ce rapport, finalement sans conséquences au Danemark, avait suscité l’indignation des ONG. (TDG)

Créé: 08.06.2015, 20h43

Articles en relation

Les secrets du journaliste et espion Roger Auque

Testament Editorial L’ex-otage au Liban et père de Marion Maréchal-Le Pen, devenu ambassadeur en Erythrée, s’est confié dans un livre posthume. Plus...

La dictature jugée coupable de «crimes contre l’Humanité»

Brésil La Commission nationale de la Vérité a travaillé presque trois ans pour établir la responsabilité pénale de 377 militaires brésiliens Plus...

Le procès des Khmers rouges énerve le premier ministre

Cambodge Le premier ministre cambodgien Hun Sen menace le tribunal international qui a inculpé deux nouveaux cadres de la dictature. Plus...

Kasparov: «La Russie est une dictature personnelle»

Russie Ancien grand maître des échecs, devenu opposant à Poutine, Garry Kasparov craint d'être poursuivi en Russie. Paroles d’un indigné. Plus...

La famille Khrapunov se dit victime de la dictature kazakhe

Justice La famille fait l'objet d'une enquête de la justice genevoise pour blanchiment. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...