Italie: un discours de haine raciale s'est immiscé

Campagne électoralePendant les trois dernières semaines de la campagne électorale en Italie, 787 messages de haine ont été repérés sur les comptes des candidats, selon Amnesty. C'est plus d'un par heure.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Du 8 février au 2 mars, plus de 600 militants d'Amnesty ont scruté les comptes Facebook et Twitter de 1419 candidats aux élections législatives et régionales du 4 mars pour établir un «baromètre de la haine». Ils ont noté les usages de stéréotypes et les messages insultants, racistes, discriminatoires ou, dans 7% des cas, incitant directement à la violence, en les distinguant selon le niveau d'intensité exprimé.

Alors que l'immigration a été un thème central de la campagne, 91% des messages dénoncés visaient les migrants, qualifiés indistinctement de «clandestins», «étrangers» mais aussi «animaux» ou «vermine». Loin derrière, 11% des messages dénoncés exprimaient un sentiment islamophobe, 6% visaient les personnes LGBTI et 5% les Roms. En outre, un tiers des messages dénoncés véhiculaient des informations fausses ou des données modifiées.

La Ligue d'abord

Au total, 43% des messages dénoncés ont été écrits par des chefs de partis. Mais la liste d'Amnesty compte 129 candidats différents, dont 77 ont été élus. La Ligue (extrême droite) se taille la part du lion avec 51% des messages dénoncés, devant ses partenaires de la coalition de droite Fratelli d'Italia (extrême droite, 27%) et Forza Italia (droite, 13%), les petites formations néofascistes Casa Pound (4%) et L'Italie aux Italiens (3%) et le Mouvement 5 étoiles (antisystème, 2%).

«Nous nous en doutions, et nous en avons eu la confirmation. Le discours de haine s'est introduit aussi en Italie», a déclaré dans un communiqué Gianni Rufini, directeur d'Amnesty International Italie. «C'est impressionnant de voir que tant de personnes concourant pour un rôle institutionnel ont utilisé un discours manifestement discriminatoire et de haine pendant la campagne», a-t-il estimé. Il a mis en garde contre «un risque de normalisation de la haine». (ats/nxp)

Créé: 17.04.2018, 21h27

Articles en relation

L'Italie vote dans l'incertitude

Elections Entre poussée de la droite et montée des populismes, les Italiens votent dimanche lors d'un scrutin incertain. Plus...

«Silvio Berlusconi a 12 ou 13 vies»

Italie Le parti du Cavaliere, l'éternel revenant de la politique italienne âgé de 81 ans, est en lice aux législatives du pays de Dante. Plus...

Les candidats déploient leurs dernières forces

Elections en Italie Les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille vendredi avant les élections législatives de dimanche en Italie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.