Indépendance de l'Ecosse: dirigeante confiante

Grande-BretagneLa cheffe du gouvernement écossais se dit confiante concernant l'indépendance du pays. Elle tente une fois de plus de calmer les militants.

La Première ministre d'Ecosse a tenté de rassurer les militants indépendantistes en se disant confiante concernant le Brexit.

La Première ministre d'Ecosse a tenté de rassurer les militants indépendantistes en se disant confiante concernant le Brexit. Image: Andy Buchanan/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Première ministre d'Écosse, Nicola Sturgeon, a appelé les indépendantistes écossais à faire montre de «pragmatisme» et de «patience», lors de son discours de clôture du congrès de son parti, le SNP, mardi à Glasgow.

La dirigeante nationaliste a affirmé avoir «plus que jamais confiance» en la possibilité que l'Écosse soit un jour indépendante. Mais elle a appelé ses troupes à attendre la tournure que prendra le Brexit avant de prétendre organiser un nouveau référendum après celui qui a été perdu en 2014.

«La future relation entre le Royaume-Uni et l'UE déterminera le contexte dans lequel l'Écosse deviendrait indépendante», a-t-elle souligné, demandant aux militants de teinter «de pragmatisme, de persévérance et de patience» leur «passion» pour l'indépendance.

Pas un premier essai

Ce n'est pas la première fois que la dirigeante souligne qu'elle préfère attendre la fin des négociations entre Londres et Bruxelles avant de se lancer dans une nouvelle consultation, pour laquelle il lui faudra l'aval du Parlement national de Westminster et que les sondages ne lui donnent pas la certitude de gagner.

En lançant la conférence du SNP, elle avait affirmé que les 35 députés du SNP à Westminster voteraient pour l'organisation d'un second référendum sur le Brexit, si la question leur était posée, ce que la Première ministre britannique, Theresa May, a exclu.

Les Écossais ont voté en majorité pour rester dans l'UE, contrairement à l'Angleterre et au Pays de Galles, et Mme Sturgeon n'a cessé d'affirmer qu'elle comptait les protéger d'un Brexit dont elle estime qu'il fera du tort à l'économie de sa province.

«En 2014, on nous avait dit de rejeter l'indépendance pour protéger notre place au sein de l'UE. Aujourd'hui, nous faisons face au risque de pénurie de médicaments, de voir les avions cloués au sol, des embouteillages dans les ports et une hémorragie des investissements», a-t-elle dénoncé. (afp/nxp)

Créé: 09.10.2018, 22h30

Articles en relation

Vingt mille manifestants réclament l'indépendance

Ecosse De milliers d'Ecossais ont une nouvelle fois clamé, haut et fort, leur désir d'indépendance dans les rues d'Edimbourg, samedi. Plus...

Face à la «pauvreté menstruelle», l’Écosse lance un plan d’aides publiques

Royaume-Uni Près d’une Écossaise sur deux a un jour renoncé à s’acheter des serviettes hygiéniques faute d’argent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.