Huit candidats, mais un seul duel: Juppé-Sarkozy

France La primaire des Républicains désignera celui qui est choisi pour participer à la présidentielle. Analyse

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Huit candidats participeront à la primaire des Républicains. Alain Juppé, François Fillon, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Hervé Mariton ont réussi à remplir les conditions de participation. Soit le parrainage d’au minimum 2500 adhérents, 250 grands élus, dont au moins vingt parlementaires. Le président du parti chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson était, lui, dispensé de parrainages. «Le duel Juppé-Sarkozy, qui écrase tout le reste, peut enfin commencer. Avec une inconnue: qui sera le troisième homme?» commente le politologue Thomas Guénolé.

Les recalés

Ce scrutin, les 20 et 27 novembre, désignera le candidat de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017. Cinq, sur les treize candidats annoncés, n’ont pas réussi à se qualifier: Nadine Morano, Geoffroy Didier, Jacques Myard, Frédéric Lefebvre et Henri Guaino. Ce dernier, ex-plume de Nicolas Sarkozy, a déjà annoncé se lancer en dehors de la primaire LR. Une non-nouvelle, pense Thomas Guénolé, pour qui les seconds, voire les troisièmes couteaux, ont déjà gagné un peu de visibilité lors de ce tour de chauffe. Mais ne pèsent rien en termes électoraux.

Duel au sommet de la droite

C’est parti! La bataille Alain Juppé-Nicolas Sarkozy, Thomas Guénolé, la résume par «la bataille des quatre i: islam, insécurité, immigration, identité. Nicolas Sarkozy utilise ces quatre marqueurs pour draguer l’aile droite de son parti et les transfuges partis au FN. Alain Juppé vise, lui, l’aile gauche du parti et le centre. Son message? Nous ne copierons le FN sur aucun des quatre i. Nous sommes une France confiante qui n’a pas besoin de chercher la conflictualité pour exister et se rassurer», analyse Thomas Guénolé.

Le 3e homme

Qui de Bruno Le Maire ou de François Fillon sera le troisième homme de cette préprésidentielle? Thomas Guénolé croit en François Fillon. «Sur le volet économie, tous proposent la même chose. Il est le seul à sortir du lot avec un programme de rupture, un thatchérisme à la française. Or, ses attaques contre l’ex-président de la République – «imagine-t-on le général De Gaulle mis en examen?» – le montrent, François Fillon parie sur l’effondrement de Nicolas Sarkozy avant même le premier tour de la primaire.»

Jouer gagnant ou placé…

Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon jouent leur avenir politique, selon Thomas Guénolé. Tous les autres, y compris Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet jouent «placé». Ils devraient donc retenir les coups, car leur résultat à la primaire pourrait leur ouvrir les portes des ministères.

Et Jean-François Copé? Le pestiféré de l’affaire Bygmalion est désormais blanchi. Il n’a aucune chance, mais il veut exister. Et il est revenu pour se venger, notamment de Nicolas Sarkozy. Il sera le trouble-fête.

La stratégie des électeurs

«Il ne faut pas oublier la variable fondamentale de la stratégie des électeurs. Ils veulent tellement que la droite gagne, qu’ils vont privilégier le candidat de droite qui a le plus de chances, selon les sondages, d’emporter la présidentielle», estime le politologue. Soit la reproduction de la campagne de 2012 qui avait vu François Hollande l’emporter contre Sarkozy non par adhésion mais par opposition. A ce jeu-là, Alain Juppé fait la course en tête chez tous les Français. Mais il est dépassé par Nicolas Sarkozy parmi les sympathisants des Républicains. La primaire LR est ouverte à tous!

(TDG)

Créé: 09.09.2016, 21h00

Articles en relation

Macron se pose en dernier recours de la gauche

France L’ex-ministre arrive en tête chez les sympathisants de gauche, devant le président, François Hollande. Analyse. Plus...

Le candidat Sarkozy menacé d’un procès

France Le Parquet a demandé le renvoi de l’ex-président devant un tribunal pour le financement illégal de sa campagne de 2012. Plus...

Pour la présidentielle, Marine Le Pen devient Marine, l’autorité sereine

France En parallèle à la «France apaisée», thème de sa campagne pour la présidentielle 2017, Marine Le Pen adoucit son image. Reportage à Brachay, hameau rural, symbole de cette France oubliée qui vote FN. Plus...

Chez Les Républicains, c’est tous contre Sarkozy

France Premier week-end de campagne pour Les Républicains. Entre Sarkozy, Fillon et Juppé, il n’y aura pas de cadeaux. Plus...

La rentrée politique française tient en un mot: l’Elysée!

Présidentielle 2017 Le Pen, Juppé, Mélenchon, Hollande, Sarkozy... Qui aura le dernier mot? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...