Hillary Clinton désarçonnée par des accusations

Etats-UnisUne enquête du New York Times et un livre à paraître soulèvent des questions sur les donateurs de la Fondation Clinton.

Le  <i>New York Times</i> se penche sur les cadeaux et dons que le couple Clinton a reçus au moment où la Russie s’apprêtait à prendre le contrôle d’Uranium One

Le New York Times se penche sur les cadeaux et dons que le couple Clinton a reçus au moment où la Russie s’apprêtait à prendre le contrôle d’Uranium One Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le début de la campagne d’Hillary Clinton pour la Maison-Blanche est plus mouvementé que prévu. Après avoir dû justifier son utilisation exclusive de son e-mail personnel à l’époque où elle était secrétaire d’Etat, la candidate démocrate à la présidence en 2016 doit désormais se défendre face à une enquête du New York Times et un livre explosif à paraître en mai. Tous deux suggèrent un lien éventuel entre les dons potentiellement intéressés de riches financiers à la Fondation Clinton et le rôle qu’aurait pu jouer Hillary à l’époque où elle dirigeait la diplomatie américaine.

Le quotidien new-yorkais se penche sur les cadeaux et dons que le couple Clinton a reçus au moment où la Russie s’apprêtait à prendre le contrôle d’Uranium One, une société d’origine canadienne qui contrôle 20% des réserves d’uranium américaines. La deuxième salve est attendue le 5 mai lorsque paraîtra le livre «Le Cash des Clinton», de Peter Schweizer.

Le New York Times mentionne dans son enquête le voyage au Kazakhstan en 2005 de Bill Clinton avec Frank Giustra, un richissime homme d’affaires canadien qui cherchait à conclure un deal d’uranium dans ce pays. Les liens entre l’ancien président américain et le financier qui dirigeait une société ayant finalement fusionné avec Uranium One étaient solides. Le quotidien a révélé que Giustra a fait don de 31,3 millions de dollars à la Fondation Clinton.

En juin 2010, alors que la Russie cherchait à prendre le contrôle d’Uranium One, Bill Clinton avait été invité à donner un discours à Moscou. Prix de l’allocution payé par un fonds d’investissement russe: 500 000 dollars. La Fondation Clinton aurait reçu des millions de dollars du patron d’Uranium One et de ses associés au moment où ceux-ci cherchaient à vendre leurs parts à Rosatom, une compagnie russe. A cette époque, Hillary Clinton, dans son rôle de secrétaire d’Etat, faisait partie du Comité sur les investissements étrangers. Celui-ci avait le pouvoir d’empêcher les ventes d’actifs d’entreprises qui contrôlent des ressources ayant trait à la sécurité nationale des Etats-Unis. La transaction avait été approuvée.

La campagne d’Hillary Clinton a contre-attaqué en affirmant que le deal n’était jamais remonté jusqu’à Hillary Clinton. «Hillary Clinton a potentiellement un problème, réagit Cary Covington, professeur associé de sciences politiques à l’Université d’Iowa. Cela renforce l’impression dans l’opinion américaine qu’Hillary a ses propres règles du jeu et qu’elle a un penchant pour les secrets. Cela peut ternir l’enthousiasme des démocrates à se mobiliser pour elle». Dans l’immédiat, la commission d’enquête parlementaire sur l’attentat mortel contre le consulat américain de Benghazi en 2012 en Libye, a convoqué Hillary Clinton pour témoigner au Congrès à la mi-mai et expliquer son utilisation de ses emails personnels.

Créé: 24.04.2015, 22h01

Articles en relation

Hillary Clinton, une candidature «blindée»

Présidentielle aux Etats-Unis Première femme présidente: telle est son ambition! La course à la Maison-Blanche est ouverte. Archifavorite, elle n’est pas sans failles. Plus...

Les cinq républicains qui défient Hillary Clinton

Présidentielle aux Etats-Unis Ce lundi, un troisième candidat conservateur va sortir du bois. Deux autres sont pressentis. Quelles sont leurs forces et faiblesses face à l'archi-favorite démocrate? Plus...

Hillary Clinton brise le secret de l’«Emailgate»

Etats-Unis Editorial L’ancienne Secrétaire d’Etat demande la publication de ses courriels personnels à l’époque où elle dirigeait la diplomatie américaine Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Regula Rytz vise le siège d'Ignacio Cassis
Plus...