Heurts entre police et manifestants en Géorgie

HospitalisationsUne manifestation spontanée d'habitants a dégénéré, dimanche dans la 2e ville du pays.

Image d'illustration. Batoumi est la deuxième plus grosse ville de Géorgie (Image - @ polinakoshkadelik - Flickr Creative Commons)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De nombreuses personnes ont été blessées et hospitalisées dimanche à la suite d'affrontements entre la police et des centaines d'émeutiers à Batoumi, en Géorgie, ont rapporté les médias géorgiens. Onze policiers et dix protestataires ont été hospitalisés.

Les troubles ont éclaté après une manifestation spontanée d'habitants de Batoumi qui protestaient contre l'arrestation par la police de plusieurs hommes qui refusaient de payer une amende pour stationnement illicite. Les policiers ont utilisé du gaz lacrymogène et tiré des balles en caoutchouc pour tenter de disperser les manifestants qui leur lançaient des pierres, selon les médias.

Le port de Batoumi, sur la mer Noire, est la deuxième ville de Géorgie et sa principale destination touristique.

Commissariat pris d'assaut

Les manifestants, principalement des jeunes, ont tenté de prendre d'assaut un commissariat de police et ont brûlé des voitures de police dans les rues de Batoumi, a rapporté la chaîne de télévision géorgienne Rustavi-2.

Pour tenter de calmer la situation, le ministre géorgien de l'intérieur, Giorgi Mgebrichvili, a annoncé qu'il avait ordonné de remettre en liberté les hommes arrêtés.

Des responsables de l'opposition géorgienne ont déclaré que la colère du public était montée dernièrement à Batoumi en raison d'amendes d'un montant disproportionné infligées par la police pour des infractions mineures au code de la route. (ats/nxp)

Créé: 12.03.2017, 03h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...