«Gilets jaunes»: Paris gèle la hausse des taxes

FranceLe Premier ministre Édouard Philippe a annoncé mardi un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants prévue le 1er janvier.

Edouard Philippe ce 4 décembre 2018.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Acculé par les pressions inédites venues des «gilets jaunes» et de ses opposants politiques, le gouvernement français a reculé mardi pour tenter d'éviter de nouvelles mobilisations violentes. Il a suspendu pour six mois la hausse de la fiscalité sur le carburant et promis le gel des tarifs de l'énergie pendant l'hiver. Il prévoit aussi un «large débat» territorial du 15 janvier au 1er mars.

«Fixer le cap et le tenir est une nécessité pour gouverner la France, mais aucune taxe ne mérite de mettre en danger l'unité de la Nation», a souligné le premier ministre français Edouard Philippe lors d'une allocution télévisée de dix minutes. Il a ajouté qu'il «faudrait être sourd» pour ne «pas entendre la colère» des Français.

Depuis les émeutes violentes en France samedi - notamment des pillages et incendies dans des quartiers chics et symboliques de Paris - qui ont choqué au-delà des frontières, le gouvernement est engagé dans une course contre la montre pour tenter d'apaiser la colère des «gilets jaunes» contre la politique sociale et fiscale du gouvernement et prévenir de nouveaux heurts.

Après avoir tardé à prendre la mesure de la profonde colère populaire - et parfois détresse - et de l'inédite détermination de nombreux «gilets jaunes», l'exécutif a toutes les difficultés à ouvrir le dialogue avec ce mouvement atypique, né des réseaux sociaux, sans leader ni structure.

Des dizaines de lycées étaient aussi à nouveau bloqués mardi en France, au lendemain de rassemblements parfois émaillés de violences: un mouvement aux revendications disparates, porté par la vague des «gilets jaunes», qui annoncent une nouvelle manifestation à Paris samedi.

Inégalité et arrogance

La politique du président Emmanuel Macron, qui s'affiche en «réformateur», a été perçue comme inégalitaire ces derniers mois par une partie de l'opinion. Il a notamment été accusé par certains «d'arrogance» et de manque d'écoute.

Sa popularité est au plus bas, notamment plombée par plusieurs saillies polémiques où il a notamment qualifié les Français de «Gaulois réfractaires au changement» et estimé qu'un «pognon de dingue» était consacré aux aides sociales. Jusqu'ici, le président était resté largement inflexible aux pressions de la rue, même face aux mobilisations contre la réforme du rail ou du code du travail.

Plusieurs responsables politiques, de l'opposition comme de la majorité présidentielle, avaient appelé le gouvernement à faire un geste.

Dans un «souci d'apaisement», le gouvernement et le président ont ainsi décidé de la suspension pendant six mois de trois mesures fiscales devant entrer en vigueur le 1er janvier 2019: la hausse de la taxe carbone, sur l'essence, le fioul et le diesel; la convergence de la fiscalité du diesel avec celle de l'essence et l'alignement sur la fiscalité des particuliers de la fiscalité du gazole des entrepreneurs non routiers.

Les taxes sur l'essence devaient augmenter de 2,9 centimes par litre au 1er janvier, celles sur le diesel de 6,5 centimes.

«Ramener la sérénité»

«Nous voulons dans ce laps de temps identifier et mettre en oeuvre des mesures d'accompagnement justes et efficaces. Si nous ne les trouvons pas, nous en tirerons les conséquences», a ajouté le premier ministre français. Ni les tarifs de l'électricité, ni ceux du gaz n'augmenteront, comme c'était prévu, «durant la concertation et donc durant l'hiver qui s'annonce», a développé M. Philippe.

«Ces décisions, immédiates, doivent ramener l'apaisement et la sérénité dans le pays» et «permettre d'engager un vrai dialogue sur l'ensemble des préoccupations qui se sont exprimées ces dernières semaines», a-t-il ajouté. Par ailleurs, une concertation locale sera menée du 15 décembre au 1er mars. «Les solutions doivent être différentes dans les grandes villes et les campagnes. Parlons-en, améliorons-les. Complétons-les. J'y suis prêt», a-t-il affirmé.

Selon le ministère français des Finances, les deux premières semaines d'actions des «gilets jaunes», à quelques semaines des festivités de Noël, ont déjà un impact «sévère et continu» sur l'économie.

«Six mois, et après?»

«Ce n'est pas du tout ce qu'on attendait», a regretté auprès de l'AFP Éric Drouet, l'un des membres historiques les plus connus des «gilets jaunes».

Ce chauffeur routier de Melun appelle à «retourner à Paris» samedi, «près des lieux de pouvoirs, les Champs-Élysées, l'Arc de Triomphe, Concorde». «Les gens sont de plus en plus motivés, ils s'organisent, nous serons encore plus nombreux», prédit-il.

«Les actions vont continuer. Globalement rien ne change», abonde à l'AFP Laure, gilet jaune de Bordeaux. «Ce ne sont que des suspensions de mesures qui auraient encore aggravé notre situation», ajoute celle qui gère la communication d'un groupe de «gilets jaunes» de la région bordelaise.

«Six mois, et après ?», s'interrogeaient nombre d'entre eux sur les réseaux sociaux. «Nous ne sommes absolument pas satisfaits. Ce ne sont que des annonces pour calmer la situation», a réagi la chargée de communication de Yellow Friday Revolution, un groupe de «gilets jaunes» de la région de Bordeaux qui revendique près de 6000 membres sur Facebook.

De son côté, Benjamin Cauchy, une des figures du mouvement, a salué une «première étape» dans le moratoire. Mais «les Français ne veulent pas des miettes, ils veulent la baguette au complet». (afp/nxp)

Créé: 04.12.2018, 08h31

Galerie photo

Les «Gilets jaunes»: le gouvernement fait une concession

Les «Gilets jaunes»: le gouvernement fait une concession Le mouvement, né le 18 octobre 2018, voulait protester contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement. Depuis, il représente une colère sociale plus large.

Articles en relation

«Gilets jaunes»: pas de recours à l'état d'urgence

France Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez a écarté dans l'immédiat le retour à l'état d'urgence, préconisé par plusieurs syndicats policiers. Plus...

Le «ras-le-bol» des policiers français

«Gilets jaunes» Des syndicats de police tirent la sonnette d'alarme après les violences survenues samedi à Paris lors des manifestations des «Gilets jaunes». Les forces de l'ordre sont épuisées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.