Erdogan menace d'«ouvrir les portes» aux migrants

TurquieLes réfugiés syriens installés en Turquie pourraient se voir «ouvrir les portes» de l'Europe, a menacé jeudi le président turc Erdogan. Il souhaite en rapatrier une partie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté jeudi les pays européens à soutenir le rapatriement des Syriens qu'il veut mettre en oeuvre.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté jeudi les pays européens à soutenir le rapatriement des Syriens qu'il veut mettre en oeuvre. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé jeudi, lors d'un déplacement en Hongrie, d'«ouvrir les portes» de l'Europe aux réfugiés syriens installés en Turquie. Il a exhorté la communauté internationale à soutenir son projet d'en rapatrier une partie en Syrie.

«Avec ou sans soutien nous allons continuer à accueillir nos hôtes, mais seulement jusqu'à un certain point (...). Si nous constatons que cela ne fonctionne pas, nous n'aurons pas d'autre choix que d'ouvrir les portes» vers l'Europe, a déclaré le dirigeant turc lors d'une conférence de presse à Budapest avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

La Turquie accueille plus de quatre millions de réfugiés, dont quelque 3,6 millions de Syriens ayant fui le conflit qui déchire leur pays depuis 2011. «Il est possible qu'un grand nombre d'entre eux migrent en Europe», a insisté Recep Tayyip Erdogan.

Accord avec l'UE

La Turquie est un pays de transit majeur pour les migrants et réfugiés qui tentent de gagner l'Europe, mais le flux de passages s'est tari à la faveur d'un accord conclu en 2016 entre Ankara et l'UE.

Mais Recep Tayyip Erdogan menace depuis plusieurs semaines d'«ouvrir les portes» aux migrants, une déclaration qui intervient alors qu'il exhorte les pays européens à soutenir le rapatriement des Syriens qu'il veut mettre en oeuvre.

La Turquie a lancé le mois dernier une offensive dans le nord-est de la Syrie pour en chasser une milice kurde et mettre en place une «zone de sécurité» qui pourrait accueillir une grande partie des Syriens réfugiés en Turquie.

Construire de nouvelles villes

«La zone de sécurité que nous voulons créer vise à faire en sorte que les Syriens qui se trouvent dans notre pays retournent dans leurs maisons, sur leurs terres», a déclaré Recep Tayyip Erdogan.

Concrètement, le président turc appelle la communauté internationale à participer au financement de la construction d'une ou plusieurs nouvelles villes dans la zone où Ankara a lancé son opération en Syrie.

Orban, «partenaire» d'Ankara

Viktor Orban, chef de file des pays hostiles à tout accueil de réfugiés au sein de l'UE, s'est présenté jeudi comme «un partenaire stratégique» d'Ankara pour éviter l'arrivée de «masses de migrants» en Europe. A la différence de ses pairs dans l'UE, il avait soutenu l'opération militaire turque en Syrie, estiment qu'elle était dans l'intérêt de la Hongrie.

La visite du président turc est intervenue une semaine après un déplacement à Budapest du Russe Vladimir Poutine, alimentant les critiques sur l'inclination de Viktor Orban pour les pouvoirs autoritaires.

«Le gouvernement hongrois semble percevoir la Turquie comme un acteur géopolitique émergent et décisif (...)», selon Daniel Hegedus, analyste au groupe de réflexion German Marshall Fund of the United States.

«Il semble prêt à assumer des divergences importantes au sein de l'UE pour plaire à Ankara et agit en fonction des intérêts de la Turquie et de la Russie plutôt que des alliances occidentales auxquelles Budapest appartient», comme l'UE et l'OTAN, souligne Daniel Hegedus.

Oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan

Selon la presse, l'armée hongroise envisage d'acheter des véhicules blindés turcs. Le hongrois MOL, principal groupe pétrolier partiellement détenu par l'Etat, a également annoncé cette semaine une participation dans l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, qui achemine du pétrole brut vers la Méditerranée via la Turquie.

Viktor Orban a déclaré jeudi que la Hongrie comptait, d'ici fin 2021, être connectée au gazoduc TurkStream - qui fournira du gaz russe à la Turquie via la mer Noire. (ats/nxp)

Créé: 07.11.2019, 18h23

Galerie photo

La Turquie veut une «zone de sécurité» à la frontière avec la Syrie

La Turquie veut une «zone de sécurité» à la frontière avec la Syrie Après avoir forcé le retrait des forces kurdes du nord de la Syrie, Ankara, aidé de Moscou, prend peu à peu position et fait face aux Forces démocratiques syriennes.

Articles en relation

Erdogan va bien rencontrer Trump à Washington

Diplomatie En dépit des tensions récentes entre leurs deux pays, le chef de l'Etat turc s'entretiendra avec son homologue américain le 13 novembre. Plus...

Les forces russo-turques patrouillent en Syrie

Moyen-Orient Après l'accord entre Erdogan et Poutine, la milice kurde devait se retirer de ses positions frontalières de la Turquie. Les contrôles ont commencé. Plus...

Erdogan menace de chasser les «terroristes»

Offensive en Syrie Le président turc a, dans un discours télévisé, lancé de nouvelles menaces contre les combattants kurdes en Syrie. Plus...

Nouvelles menaces d'Erdogan

Offensive en Syrie Le président turc continue de menacer de reprendre l'offensive en Syrie si les accords ne sont pas respectés du côté kurde. Plus...

L'assaut reprendra «avec plus de détermination»

Offensive turque en Syrie Recep Erdogan menace de recommencer les frappes dans le nord de la Syrie, si les forces kurdes ne se retirent pas à la fin de la trêve. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...