En Inde, le Taj Mahal devient la cible des fondamentalistes hindous

PolémiqueJugé trop musulman, le joyau architectural de la ville d’Agra a été supprimé des guides touristiques.

Le Taj Mahal, à Agra, en Inde.

Le Taj Mahal, à Agra, en Inde. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On peut être une des sept merveilles du monde moderne, attirer des millions de visiteurs, faire travailler des dizaines de milliers de personnes et générer des revenus considérables tout en étant dans l’œil du cyclone. Le Taj Mahal suscite en effet le courroux des nationalistes hindous, qui l’ont purement et simplement rayé des guides touristiques indiens.

Son tort? Avoir été construit par un musulman, l’empereur moghol Shah Jahan, qui a érigé ce mausolée en mémoire de son épouse Mumtaz Mahal. Dans la nouvelle Inde des nationalistes hindous, on considère que le «palais de la couronne» ne représente pas la culture hindoue. D’autant que le monument se situe à Agra, dans l’État de l’Uttar Pradesh, fief du Bharatiya Janata Party (BJP – Parti du peuple indien), le parti des fondamentalistes hindous.

Mausolée musulman ou temple hindou?

Des extrémistes ont dans un premier temps eu recours à la justice afin que le joyau architectural soit considéré comme un temple hindou. Assurant que le mausolée a été construit à l’emplacement du temple Tejo Mahalaya, dédié au dieu Shiva, le tribunal leur a opposé une fin de non-recevoir, après avoir auditionné archéologues et historiens jugeant la thèse absurde. Désormais, ils se battent pour que la visite du monument ne soit plus à l’agenda des chefs d’État étrangers et que les hindous puissent prier à l’intérieur.

Si la vue du dôme et des minarets du monument, classé au patrimoine de l’humanité, irrite les nationalistes hindous, c’est qu’il symbolise la conquête musulmane de l’Inde par l’Empire moghol du XVIe au XIXe siècle. Même les manuels scolaires n’ont pas échappé au révisionnisme hindou, le passé moghol du pays ayant été effacé. Pour l’extrême droite hindoue, ces musulmans sont des envahisseurs accusés d’avoir commis un génocide. Pas question donc, pour les députés du BJP, de faire la promotion «d’une tâche construite par des traîtres».

Marche arrière

Alors, que faut-il visiter? Les ministres de la Culture et du Tourisme de l’Uttar Pradesh proposent le Guru Gorakhnath Peeth, censé remplacer le Taj Mahal. Difficile pour un temple hindou sans grand intérêt, si ce n’est d’appartenir à Yogi Adityanath, nationaliste à la tête de l’État de l’Uttar Pradesh, de remplacer un chef-d’œuvre admiré dans le monde entier.

Face au tollé provoqué par ces nouvelles, ce dernier a tourné casaque et tenté de rassurer en se rendant sur les lieux à la fin d’octobre: «On ne devrait pas chercher à savoir les détails du pourquoi, quand et comment le Taj Mahal a été construit, a-t-il déclaré. L’important, c’est qu’il l’a été grâce à la richesse et au dur labeur des paysans et fermiers indiens. Il attire de nombreux touristes. Il offre à Agra la reconnaissance et alimente de nombreux emplois.»

Mais pour l’opposition indienne, la vraie crainte est que le bâtiment, déjà menacé par la surfréquentation touristique et la pollution, ne soit volontairement pas entretenu. En effet, cette année, le monument ne figure pas dans le budget alloué à la préservation des édifices. (TDG)

Créé: 08.11.2017, 09h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Merkel échoue à former une coalition
Plus...