Droits de l'Homme: Amnesty met la pression sur le Qatar

FootballAmnesty International a dénoncé une exploitation «alarmante» des travailleurs immigrés au Qatar, appelant l'émirat à prouver son respect des droits de l'Homme.

La situation et la conditions des travailleurs immigrés au Qatar inquiètent les défenseurs des Droits de l'Homme

La situation et la conditions des travailleurs immigrés au Qatar inquiètent les défenseurs des Droits de l'Homme Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans un rapport rendu public dimanche lors d'une conférence de presse à Doha, l'organisation de défense des droits de l'Homme a également exhorté la Fifa à faire pression sur le richissime émirat gazier pour qu'il améliore les conditions des ouvriers étrangers, majoritairement asiatiques.

«Nos conclusions montrent un niveau alarmant d'exploitation dans le secteur de la construction au Qatar», a déclaré le secrétaire général d'Amnesty, Salil Shetty, à l'occasion de la publication du rapport de l'organisation, «L'aspect sombre de la migration: pleins feux sur le secteur de la construction au Qatar avant la Coupe du Monde».

«Il est simplement inexcusable que tant de travailleurs immigrés soit impitoyablement exploités et privés de leur salaire dans l'un des pays les plus riches du monde», a-t-il ajouté.

Prêts à «trouver des solutions»

Le rapport estime que l'exploitation des ouvriers «s'apparente dans certains cas à du travail forcé». «La Fifa a le devoir d'adresser un message fort selon lequel elle ne tolèrera pas les violations des droits de l'Homme sur les chantiers liés à la Coupe du monde» de football, a-t-il dit.

Le président de la Fifa Sepp Blatter avait indiqué au terme d'une visite le 9 novembre à Doha que les responsables du Qatar avaient promis que «les lois sur le travail seront amendées ou sont déjà en cours d'amendement».

«Nous avons rencontré des responsables (du Qatar), qui se sont déclarés prêts à reconnaître qu'il y a un problème (...)» et sont prêts à «trouver des solutions», a dit M. Shetty.

Des abus contre les expatriés au Qatar

Le Qatar, engagé dans un ambitieux chantier de plusieurs milliards de dollars pour accueillir le Mondial-2022, a été la cible d'une campagne de la presse étrangère et d'ONG l'accusant d'exploiter les travailleurs sur ces chantiers.

«Le Qatar va être sous le feu des projecteurs dans la perspective du Mondial-2022, ce qui donne au gouvernement une occasion unique de prouver au monde qu'il est sérieux dans son engagement à respecter les droits de l'Homme et qu'il peut servir de modèle pour le reste de la région», a ajouté M. Shetty.

Dans son rapport, fruit d'une longue et laborieuse enquête, Amnesty cite divers abus contre les expatriés au Qatar, incluant «le non-paiement de salaires, des conditions de travail dures et dangereuses, et des conditions de logement scandaleuses», parfois sans climatisation dans une chaleur étouffante.

Un taux de mortalité significatif

L'organisation souligne que «des dizaines» de travailleurs étrangers ont été bloqués pendant des mois par leurs employeurs au Qatar, seul pays du Golfe, outre l'Arabie saoudite, à imposer des permis de sortie aux expatriés.

M. Shetty a cité l'exemple d'un groupe de quelque 70 ouvriers du Népal, du Sri Lanka et d'autres nationalités rencontrés vendredi. «Ils travaillent pour une compagnie qui bâtit des tours prestigieuses à Doha, et ils n'ont pas été payés depuis neuf à dix mois et n'ont plus de quoi manger», a-t-il dit.

En outre, plusieurs ouvriers au Qatar ont dénoncé de mauvaises conditions de sécurité et d'hygiène, selon le rapport. Il cite un responsable du principal hôpital de Doha selon lequel «plus de 1000 personnes ont été admises en 2012 dans l'unité de traumatologie à la suite de chutes au travail».

Parmi ces cas, 10% ont été handicapés et «le taux de mortalité était significatif», indique le rapport.

Cabinet d'avocats international mandaté

Il ne confirme cependant pas les informations du quotidien britannique The Guardian, selon lequel 44 ouvriers sont morts entre juin et août sur les chantiers, ce que les autorités ont démenti.

Le rapport souligne que certains des ouvriers victimes d'abus sont employés par des sous-traitants de firmes de rayonnement mondial, dont Qatar Petroleum, Hyundai E&C (Corée du sud) et OHL Construction (Espagne).

«A moins que des mesures importantes et cruciales soient prises immédiatement, des centaines de milliers de migrants qui seront recrutés dans les prochaines années pour donner un nouveau visage au Qatar, risquent d'être victimes d'abus», conclut le rapport.

Le Qatar a indiqué avoir mandaté un cabinet d'avocats international pour enquêter sur les allégations d'abus, mais a rejeté les accusations d'esclavagisme moderne. (ats/afp/nxp)

Créé: 17.11.2013, 22h34

Articles en relation

Blatter penche pour un Mondial-2022 en novembre-décembre

Football Le Mondial pourrait avoir lieu en hiver au Qatar. Le président de la Fifa, Joseph Blatter, écarte la période janvier-février, trop tardive. Plus...

Pour l'USS, le Qatar ne doit pas organiser le Mondial

Football L'Union syndicale suisse (USS) rejoint d'autres mouvements pour dénoncer les conditions de travail «indignes» sur les chantiers en vue de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Plus...

La résistance contre le report du Mondial en hiver s'organise

Qatar La Fédération internationale de ski (FIS) veut fédérer les autres fédérations internationales régissant des disciplines hivernales pour protester contre l'éventuelle organisation durant l'hiver du Mondial-2022 de foot au Qatar. Plus...

Quand le sport réduit les travailleurs à l'esclavage

JO de Sotchi Un travailleur des JO de Sotchi s'est cousu la bouche lundi 28 octobre pour dénoncer ses conditions de travail qui sont aussi effroyables que sur les chantiers du Mondial 2022 au Qatar, où plus d'un ouvrier meurt par jour. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...