Dictature argentine: Mario Sandoval sera extradé

FranceL'ex-policier franco-argentin Mario Sandoval a été mis en cause dans la disparition d'un étudiant. Paris a autorisé son extradition vers l'Argentine.

La maman d'Hernan Abriata manifestait en avril 2014 avec les Mères de la place de Mai dont les enfants ont «disparu», assassinés pendant la «guerre sale» livrée par la dictature militaire (1976-1983) Image: archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement français a autorisé l'extradition vers l'Argentine de l'ex-policier franco-argentin Mario Sandoval. Ce dernier est mis en cause dans la disparition d'un étudiant pendant la dictature, a appris mercredi l'AFP auprès d'avocats au dossier.

Après un long bras de fer judiciaire, le premier ministre, Édouard Philippe, et la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, ont signé le décret autorisant l'extradition de cet homme de 65 ans exilé en France après la chute de la junte.

Disparition d'un étudiant

Cet ancien fonctionnaire, dont la justice argentine réclame l'extradition depuis 2012 pour son implication présumée dans l'enlèvement et la disparition d'un étudiant en octobre 1976, a formé un recours devant le Conseil d'État, selon les avocats.

«Ce recours n'est pas suspensif, mais il est d'usage républicain que l'État ne procède pas à une extradition avant l'examen du Conseil», qui doit se prononcer dans les prochains mois, a expliqué Me Jérôme Rousseau, avocat de M. Sandoval.

Français, mais

Mario Sandoval a obtenu la nationalité française en 1997, ce qui n'empêche pas son extradition, car il n'était pas Français à l'époque des faits.

L'Argentine le soupçonne d'être mêlé à l'enlèvement et la disparition le 30 octobre 1976 d'Hernan Abriata, étudiant en architecture qui fut détenu à l'École de mécanique de la marine (ESMA). Quelque 5000 personnes passées par ce centre de torture de la dictature argentine (1976-1983) ont disparu, souvent jetées depuis des avions dans le Rio de la Plata.

Tortures et séquestrations

Si l'Argentine soupçonne M. Sandoval d'avoir participé durant cette période à plus de 500 faits de meurtres, tortures et séquestrations, le dossier Abriata est le seul sur lequel elle s'appuie pour demander son extradition car elle dispose d'une dizaine de dépositions l'impliquant.

En mai 2014, la Cour d'appel de Paris avait émis un premier avis favorable à l'extradition, cassé en février 2015 par la Cour de cassation. A son tour, la Cour d'appel de Versailles avait donné un avis positif en octobre 2017.

Un dernier pourvoi avait ensuite été rejeté le 24 mai. La plus haute juridiction française a estimé que l'étudiant n'étant pas réapparu depuis 1976, la prescription de la séquestration n'a pas commencé à courir car l'infraction n'avait pas pris fin de manière certaine.

«Après 45 ans de lutte, la famille d'Hernan Abriata et en particulier la mère de la victime, Beatriz, âgée de 92 ans, espèrent que cette dernière épreuve permette que Mario Sandoval réponde enfin des crimes contre l'humanité que la justice de son pays lui reproche», a réagi dans un communiqué l'avocate de l'Etat argentin, Me Sophie Thonon-Wesfreid. (ats/nxp)

Créé: 24.10.2018, 15h36

Articles en relation

Un tortionnaire obtient l'assignation à résidence

Argentine Ex-chef de la police sous la dictature, Miguel Etchecolatz s'est vu accorder le droit de purger sa peine à son domicile. Plus...

En Argentine, des enfants de tortionnaires entrent en lutte

Monde Des enfants des bourreaux de la dictature réclament justice contre leurs propres parents. Histoire, aussi, de se reconstruire. Plus...

«Des temps difficiles» à venir pour les Argentins

Argentine Après l'accord Argentine-FMI, le président argentin a prévenu ses compatriotes que les prochains mois allaient être durs. Plus...

En Argentine, la grogne monte contre le FMI

Economie La mobilisation se renforce en Argentine pour protester contre le FMI et le président Macri. Une grève générale est prévue mardi. Plus...

L'ex-présidente Kirchner sept fois mise en cause

Argentine Cristina Kirchner a été inculpée lundi dans une affaire de pots de vin et est mise en cause dans sept autres procédures judiciaires. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...