Des milliers de descendants d'esclaves manifestent

MauritanieLes «haratine» revendiquent la justice et l'abolition des discriminations dans leur pays. Ils sont descendus dans les rues de Nouakchott.

Une  manifestation anti-esclavagiste en 2012 à Nouakchott. Au début du mois d'avril 2015, le gouvernement mauritanien a adopté  un projet de loi renforçant la répression de l'esclavage. Le texte prévoit des peines plus sévères pour les personnes reconnues coupables d'esclavagisme.

Une manifestation anti-esclavagiste en 2012 à Nouakchott. Au début du mois d'avril 2015, le gouvernement mauritanien a adopté un projet de loi renforçant la répression de l'esclavage. Le texte prévoit des peines plus sévères pour les personnes reconnues coupables d'esclavagisme. Image: archives/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'esclavage a officiellement été aboli en 1981 en Mauritanie. Pourtant, plusieurs milliers de descendants d'esclaves maures en Mauritanie, les «haratine», ont manifesté mercredi soir 29 avril dans la capitale, Nouakchott.

«Finie la marginalisation des haratine», «Justice et égalité pour les marginalisés», «Nos droits ne seront plus bafoués», scandaient les participants à ce rassemblement pour l'anniversaire du «Manifeste des droits politiques, économiques et sociaux des haratine». Ce texte vise à une égalité de droits au sein d'une Mauritanie unie et réconciliée avec elle-même.

la sous-représentation des «haratine»

L'ex-ambassadeur et coordinateur du Manifeste lancé le 29 avril 2014, Saïd Ould Hamody, a estimé que par cette marche de grande ampleur les manifestants envoyaient un message à tous sur la nécessité de rendre justice à cette communauté «marginalisée et privée de ses droits».

Les doléances portaient principalement sur la sous-représentation des haratine dans les administrations publiques, les centres de décision et dans les affaires. Les haratine sont la «composante noire» des Maures, majoritaires en Mauritanie, qui a néanmoins souffert de l'esclavage.

Esclavagisme ambiant

Le gouvernement a adopté au début du mois un projet de loi renforçant la répression de l'esclavage. Le texte prévoit des peines plus sévères pour les personnes reconnues coupables d'esclavagisme.

L'esclavage a officiellement été aboli en 1981 en Mauritanie. Depuis 2007, les personnes reconnues coupables d'esclavagisme y encourent des peines pouvant aller jusqu'à dix ans de prison mais le phénomène et les pratiques qui y sont liées perdurent néanmoins, selon des ONG.

Ainsi, selon Amnesty International, «en Mauritanie, les descendants d'esclaves qui travaillent la terre sans aucun droit sont obligés de donner une part de leur récolte à leurs maîtres traditionnels». ( /ats, afp/nxp)

Créé: 30.04.2015, 07h58

Articles en relation

Trente millions de personnes réduites en esclavage

Classement Près de trente millions de personnes sont réduites en esclavage dans le monde. La moitié des victimes se trouvent en Inde et les trois-quarts en Asie. La Suisse est classée 150e sur 160 pays. Plus...

Elle est coupable d'avoir réduit en esclavage sa domestique

Hong Kong Une mère de famille hongkongaise a été reconnue coupable par un tribunal d'avoir violenté et réduit en esclavage sa jeune domestique indonésienne. Plus...

L'une des «esclaves» avait disparu il y a 45 ans

Londres L'une des trois femmes qui auraient été tenues en esclavage à Londres pendant trente ans est une Malaisienne disparue à la fin des années 60. Plus...

La femme de l’ex bras-droit de Kadhafi condamnée pour esclavage moderne

Prévessin-Moëns La justice française a condamné Kafa Kachour Bashir, épouse de Bashir Saleh, pour les conditions de travail de ses employés tanzaniens dans sa luxueuse résidence secondaire. Plus...

Les étrangères travaillent à la limite de l'esclavage

Soins à domicile Elles viennent de l'Est, d'Italie, de France. Elles résident auprès des personnes qu'elles soignent, jour et nuit, sept jours sur sept, pour un salaire misérable. Les organisations de soins sont choquées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...