Des milliers d'enfants syriens privés d'école

Moyen-OrientA l'approche de la rentrée scolaire, la guerre en Syrie menace des milliers d'enfants d'être privés d'école dans le nord-ouest.

Des Syriens fuyant la région d'Idleb le 30 août 2019.

Des Syriens fuyant la région d'Idleb le 30 août 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des milliers d'enfants du nord-ouest de la Syrie risquent d'être privés d'éducation à cause des bombardements et des combats ayant détruit ou entraîné la fermeture de dizaines d'écoles, a déploré mercredi l'ONG Save the Children. La rentrée scolaire est prévue en septembre.

Le régime du président syrien Bachar el-Assad et son allié russe observent depuis la fin août un cessez-le-feu dans la région d'Idleb. Mais cette initiative intervient après quatre mois de frappes meurtrières et dévastatrices ayant aussi provoqué le déplacement de plus de 400'000 personnes, selon l'ONU.

«Des milliers d'enfants qui doivent débuter l'année scolaire dans le Nord-Ouest syrien pourraient ne pas avoir accès à l'éducation en raison de la dernière escalade de violence», a déploré Save the Children dans un communiqué.

Selon l'ONG britannique et une de ses partenaires, «87 établissements éducatifs ont été endommagés ou touchés par les combats» et plus de 200 écoles «sont actuellement utilisées comme abri».

Près de 1000 morts en quatre mois

Les bombardements de Damas et Moscou, qui se sont intensifiés depuis la fin avril, ont tué plus de 960 civils en quatre mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles.

La rentrée est prévue pour la dernière semaine de septembre, mais seulement un peu plus de la moitié des 1193 écoles du secteur sont opérationnelles, d'après Save the Children. Elles peuvent accueillir «jusqu'à 300'000 enfants sur les 650'000 qui sont en âge d'aller à l'école».

«Les enseignants nous disent que les parents les supplient de fermer les écoles, de crainte qu'elles ne soient attaquées», déplore Sonia Khush, directrice de l'ONG pour la Syrie. Accueillant environ trois millions d'habitants, dont la moitié sont des enfants selon l'ONU, Idleb et des secteurs des provinces adjacentes d'Alep, Hama et Lattaquié sont dominés par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda).

Déclenchée en 2011 par la répression par le pouvoir de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 370'000 morts et des millions de déplacés. (ats/nxp)

Créé: 04.09.2019, 03h53

Galerie photo

Syrie: les États-Unis veulent se retirer

Syrie: les États-Unis veulent se retirer Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient déclenché en avril des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad. Donald Trump veut rapatrier ses troupes.

Articles en relation

Des réfugiés kurdes passent leurs vacances en Syrie

Le Matin Dimanche Plusieurs Kurdes habitant en Suisse romande rendent souvent visite à leur parenté en Syrie. Ils ne sont réfugiés que sur le papier. Plus...

Un calme précaire règne à Idleb

Guerre en Syrie Les avions du régime Assad et de son allié russe sont restés au sol ce dimanche à Idleb, pour respecter le cessez-le-feu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...