Des dizaines de morts lors d'une mutinerie

VenezuelaUne mutinerie dans un commissariat surpeuplé du nord du Venezuela a fait au moins 68 morts mercredi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des émeutes et un incendie dans les cellules d'un commissariat de police de la ville de Valencia, au Venezuela, ont fait 68 morts mercredi, ont rapporté le gouvernement et des témoins.

Les émeutes meurtrières sont courantes dans les prisons du pays, surpeuplées, et où circulent armes à feu et drogue. Plusieurs familles rassemblées devant le poste de police dans l'espoir d'obtenir des informations ont été dispersées par les forces de l'ordre à coups de grenades lacrymogènes.

Les autorités n'ont donné de précisions sur le drame qu'en fin de soirée. Le procureur général, Tarek William Saab, a assuré sur son compte Twitter que «des enquêtes approfondies» allaient être menées pour déterminer ce qu'il s'est passé et «comment des dizaines de familles se retrouvent en deuil».

Tentative d'évasion

Selon les premiers éléments de l'enquête, 66 hommes sont morts ainsi que deux femmes venues rendre visite à des détenus, a-t-il ajouté. Le procureur a assuré que le ministère public entendait «éclaircir de façon immédiate ces douloureux événements qui ont endeuillé des dizaines de familles vénézuéliennes et établir les responsabilités» dans ce drame.

Le drame s'est produit tôt mercredi matin lors d'une tentative d'évasion, selon l'ONG. Les détenus auraient mis le feu à des matelas et se seraient emparés de l'arme d'un gardien, selon la même source. Après la mutinerie, des membres de familles de victimes en proie à la confusion, ont tenté d'entrer dans les locaux de la police de Valence. Dans les échauffourées un fonctionnaire a été blessé par un jet de pierre, selon l'ONG Les autorités vénézuéliennes maintiennent des personnes en détention dans des commissariats, dans des conditions inadéquates, parce que les prisons sont surpeuplées, expliquent les ONG spécialistes des droits de l'homme au Venezuela.

ONU «consternée»

A Genève, l'ONU s'est dite jeudi «consternée» par ces 68 décès. Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme a demandé aux autorités vénézuéliennes de mener des investigations rapides pour établir les raisons de l'incendie et apporter des réparations aux familles des victimes.

Les éventuels responsables devront être poursuivis, ajoute-t-il. Le Haut-Commissariat est également préoccupé par des indications selon lesquelles les forces de sécurité auraient dispersé les proches qui s'étaient rassemblés devant le commissariat. Il appelle les autorités à se conformer aux droits de l'homme en autorisant des visites internationales de prisons. Et en interdisant la torture et d'autres abus.

(afp/nxp)

Créé: 29.03.2018, 04h51

Galerie photo

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président»

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président» Deux présidents se faisaient face au Venezuela après que le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé «président» par intérim.

Articles en relation

Le président Maduro ôte trois zéros au bolivar

Venezuela De nouveaux billets vont être mis en circulation, ôtant trois zéros à l'actuel bolivar pour combattre l'hyperinflation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: les courbes s'aplanissent
Plus...