Des artistes et des intellectuels en appellent à l'ONU

SyrieDes artistes et des intellectuels syriens ont réclamé la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) pour juger les crimes contre l'humanité commis, selon eux, par le régime al-Assad.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Juger les crimes contre l'humanité commis par le régime syrien. Telle est la requête faite à la Cour pénale internationale par des intellectuels et des artistes syriens, consignée dans une lettre ouverte au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

«Les détenus dans les prisons de Bachar Al Assad n'ont pas de voix. Il ressort de notre responsabilité nationale à nous, intellectuels syriens, de faire entendre la leur, et il est de votre responsabilité à l'égard de l'humanité d'agir pour mettre fin à la violence extrême de ce pouvoir sauvage», écrivent les signataires.

L'écrivain Moustapha Khalifé, l'éditeur Farouk Mardam Bey ou encore l'opposante Bassma Kodmani figurent parmi ces derniers. Les pétitionnaires évoquent le «dossier César» - les photos de milliers de victimes de tortures dans les geôles syriennes transmises par un repenti -, ainsi qu'un récent rapport d'Amnesty International sur les tortures et pendaisons à la prison de Saydnaya, près de Damas.

Politique d'extermination

Ils demandent que le Conseil de sécurité de l'ONU puisse «saisir la Cour pénale internationale, agir pour sauver les détenus survivants, et condamner publiquement toutes les personnes responsables de ces crimes commis dans les prisons syriennes».

Dans un récent rapport, Amnesty International a dénoncé «une politique d'extermination» en accusant le régime de Damas d'avoir pendu quelque 13'000 personnes en cinq ans dans la prison de Saydnaya. Le régime a démenti ce rapport, le qualifiant de «totalement faux». (ats/nxp)

Créé: 21.02.2017, 10h53

Galerie photo

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017)

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017) Plus de six ans de guerre ont fait plus d'un demi-million de morts et cinq à six millions de déplacés. Les négociations de paix patinent.

Articles en relation

Les dirigeants de l'Etat islamique fuient Raqa

Syrie Avec la ville de Mossoul en Irak, Raqa est l'autre grand objectif de la coalition internationale. Plus...

Syrie: Washington doit clarifier sa position

Diplomatie Les pays soutenant l'opposition syrienne se réunissent ce vendredi. L'occasion de tester la position américaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève se prépare à affronter le coronavirus
Plus...