Chypre: les troupes turques au cœur des débats

Conférence de GenèveL'ONU demande de «ne pas perdre de temps» dans ce moment favorable. Les pourparlers se poursuivent à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une solution «juste» au problème chypriote suppose d'en finir avec «l'occupation» de la partie nord de l'île par l'armée turque, a réaffirmé vendredi le chef de la diplomatie grecque, Nikos Kotzias. Il s'exprimait après le refus réitéré par la Turquie d'un tel retrait.

Le ministre grec, dont les propos ont été rapportés par un communiqué de son ministère, s'exprimait devant la presse grecque à Genève, à l'issue de négociations pour tenter de réunifier l'île.

«Une solution juste du problème chypriote signifie avant tout d'en finir avec les causes qui l'ont provoqué, c'est-à-dire l'occupation, la présence de troupes d'occupation et l'existence d'un système de garanties qui a été violé», a-t-il relevé.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait auparavant réaffirmé que le retrait total des troupes turques de Chypre était «hors de question» pour la Turquie.

«Notre position reste (...) le règlement du retrait de l'armée turque», a pour sa part également réitéré à l'issue des discussions de Genève le président chypriote Nicos Anastasiades, en référence aux quelque 30'000 soldats stationnés dans la partie nord de l'île depuis 1974.

Poursuite au niveau technique

Conclue vendredi sans règlement, la conférence de Genève a réuni autour des parties chypriotes les puissances «garantes» de l'île depuis son indépendance, Grèce, Turquie et la Grande Bretagne, ex-puissance coloniale.

L'enjeu était de discuter de la sécurité d'une île réunifiée, membre de l'Union européenne. Athènes avait rappelé avant l'ouverture de cette réunion qu'elle s'opposait à tout droit d'intervention unilatérale pour un pays tiers, et réclamait un cadre pour le retrait progressif des troupes turques.

Ces négociations doivent se poursuivre à un niveau technique, avant, en cas de percée, une nouvelle rencontre au niveau ministériel, a souligné le ministre.

L'ONU a également fait part de la volonté des dirigeants des deux communautés chypriotes, soutenus par la Turquie, la Grèce et la Grande-Bretagne, de poursuivre leurs efforts de réunification.

Réunification allemande

Parmi les options possibles de règlement, M. Kotzias a invoqué à plusieurs reprises le modèle de l'accord conclu en 1990 pour avaliser la réunification de l'Allemagne et organiser sur la durée le départ des troupes soviétiques de sa partie orientale. (afp/nxp)

Créé: 13.01.2017, 14h52

Articles en relation

Chypre: les troupes turques au cœur des débats

Conférence de Genève L'ONU demande de «ne pas perdre de temps» dans ce moment favorable. Les pourparlers se poursuivent à Genève. Plus...

Chypre: les parties vont poursuivre les efforts

Négociation Le secrétaire général de l'ONU a appelé à la patience, mais a déclaré que les parties étaient proches d'un accord. Plus...

Une étape «historique» dans les pourparlers

Chypre L'émissaire de l'ONU Espen Barth Eide a estimé mercredi que les discussions sur la réunification de l'île allaient bon train. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.