COP25: il faut choisir entre «espoir» et «capitulation»

Conférence sur le climatLa conférence mondiale sur le climat s'est ouverte lundi à Madrid, avec plus de 200 dirigeants pressés par l'opinion d'agir en faveur de la planète.

Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Humanité, qui subit les conséquences du dérèglement climatique, doit choisir entre l'«espoir» d'un monde meilleur en agissant ou la «capitulation», a déclaré lundi Antonio Guterres à l'ouverture de la COP25 à Madrid.

Le monde est à un «tournant» et «d'ici la fin la prochaine décennie, nous serons sur un de ces deux chemins. L'un est le chemin de la capitulation, où nous aurons dépassé comme des somnambules le point de non retour, mettant en danger la santé et la sécurité de tous les habitants de cette planète», a mis en garde le secrétaire général de l'ONU devant les représentants des quelque 200 pays signataires de l'accord de Paris, dont une quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernement.

«Voulons-nous vraiment rester dans l'Histoire comme la génération qui a fait l'autruche, qui flânait pendant que le monde brûlait?», a-t-il lancé, accusateur.

«L'autre option est le chemin de l'espoir. Un chemin de résolution et de solutions durables. Un chemin dans lequel les énergies fossiles restent là où elles devraient être, dans le sol, et où nous parviendrons à la neutralité carbone d'ici 2050», a-t-il poursuivi, réclamant notamment la fin de «l'addiction au charbon».

«Frustration»

Soulignant sa «frustration» face à la lenteur des changements, il a répété son appel à agir de façon radicale et urgente.

L'accord de Paris de 2015 était une «promesse solennelle» aux populations du monde entier, a rappelé Antonio Guterres.

Alors «écoutons les foules qui réclament le changement. Ouvrons les yeux devant la menace imminente qui nous guette. Ayons l'esprit ouvert face à l'unanimité de la science», a-t-il martelé. «Faisons preuve de la volonté politique que les peuples attendent de nous. Faire moins serait trahir la famille humaine dans son ensemble et toutes les générations à venir».

Les signataires de l'accord de Paris, réunis à Madrid jusqu'au 13 décembre, sont pressés de toute part d'accélérer les mesures pour réduire plus rapidement les émissions de gaz à effet de serre et espérer encore un peu limiter le réchauffement à 2°C, voire 1,5°C, par rapport à l'ère pré-industrielle. (afp/nxp)

Créé: 02.12.2019, 12h12

Articles en relation

«Il faut arrêter de faire la guerre contre la planète»

COP25 Madrid a pris au pied levé le relais du Chili pour organiser la grande conférence mondiale sur le climat qui s’ouvre ce lundi. Plus...

Les grévistes du climat boudent le Black Friday

Environnement La nouvelle édition de la Grève du climat s'est muée en lutte contre le Black Friday, vendredi en Suisse. Des manifs ont également eu lieu dans d'autres pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...