Brexit sans accord: note de 65 milliards d'euros

Royaume-UniUne étude affirme que si aucun accord de libre-échange n'est trouvé pour l'après-Brexit, la note s'élèvera à 65 milliards d'euros.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les entreprises de Grande-Bretagne et de l'Union européenne feront face à des coûts annuels supplémentaires d'environ 65 milliards d'euros si aucun accord de libre-échange n'est trouvé pour l'après-Brexit. Le secteur financier britannique serait alors le plus affecté.

Les sociétés situées dans l'UE devront payer près de 35 milliards d'euros (41 milliards de francs) en barrières tarifaires et non tarifaires si la Grande-Bretagne quitte le bloc sans accord, affirme une étude menée par le cabinet de consultants Oliver Wyman et le cabinet d'avocats Clifford Chance et publiée vendredi.

A l'inverse, exporter à destination de l'UE coûtera 30 milliards d'euros par an aux entreprises britanniques. «Cette augmentation des coûts et les incertitudes menacent de réduire la rentabilité et l'existence de certaines entreprises», est-il écrit dans ce rapport.

Pas d'union douanière

L'UE a présenté la semaine dernière à la Grande-Bretagne un projet d'accord de libre-échange pour l'après-Brexit beaucoup plus modeste que les ambitions affichées par Londres, en particulier dans le domaine des services financiers.

En cas de divorce sans accord, le Royaume-Uni et l'UE devront commercer sous l'égide des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ce qui reviendrait à un «Brexit dur». Trouver un accord douanier permettrait de réduire les coûts de moitié pour les deux blocs, affirme l'étude.

La première ministre conservatrice Theresa May a cependant exclu toute forme d'union douanière avec l'UE une fois le Brexit effectif, estimant que cela empêcherait le Royaume-Uni de négocier ses propres accords commerciaux avec des puissances comme l'Inde ou la Chine.

Les services financiers souffriraient le plus d'un Brexit sans accord en étant contraints de mettre en place de nouvelles opérations pour continuer à servir leurs clients dans l'UE. Représentant plus de 10% du PIB de la Grande-Bretagne, les services financiers sont le seul domaine où les Britanniques affichent un excédent commercial avec l'UE. (ats/nxp)

Créé: 12.03.2018, 05h42

Articles en relation

Theresa May expose sa vision de l'après-Brexit

Royaume-Uni Lors d'un discours à Londres, la Première ministre britannique a affirmé vouloir l'accord «le plus large possible» avec l'Union européenne. Plus...

L'impact de la sortie de l'UE au quotidien

Brexit Nombreuses sont les personnes qui vont être touchées par le retrait britannique de l'Union européenne. Portraits. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

USA: les enfants de migrants séparés de leurs parents
Plus...