«Brésil et USA n'ont jamais été aussi proches»

Etats-UnisJair Bolsonaro a été accueilli à bras ouverts par Donald Trump, mardi à Washington.

Le président brésilien et son homologue américain ont notamment parlé de Pelé.

Le président brésilien et son homologue américain ont notamment parlé de Pelé. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Unis dans la dénonciation des «Fake News», Donald Trump et Jair Bolsonaro, l'un de ses plus fervents admirateurs, ont affiché une forme de complicité mardi à Washington, louant une proximité sans précédent entre les Etats-Unis et le Brésil.

«Vous faites un travail fantastique, vous avez rassemblé votre pays», a lancé le président américain sous un grand soleil, depuis les jardins de la Maison Blanche. «J'ai toujours admiré les Etats-Unis et cette admiration est devenue encore plus forte après votre prise de fonction», a répondu le président brésilien, se disant convaincu que le milliardaire serait réélu en 2020.

Soulignant l'énorme potentiel de coopération entre les deux pays, M. Trump s'est dit prêt à accorder au Brésil le statut d'allié majeur non-membre de l'Otan et a même évoqué, à la stupeur générale, une possible adhésion de la première puissance économique d'Amérique latine à l'Alliance atlantique.

Jamais aussi proches

Au-delà d'une passion commune pour les tweets et d'un goût revendiqué pour la provocation, l'ancien magnat de l'immobilier et l'ex-parachutiste sont à l'unisson sur nombre de sujets, de leur rejet du multilatéralisme à la dénonciation de l'accord de Paris sur le climat.

«Le Brésil et les Etats-Unis n'ont jamais été aussi proches», a lancé M. Trump, saluant la campagne électorale menée par M. Bolsonaro, élu comme lui sur un message de rupture. Le président brésilien, parfois surnommé «Trump des tropiques», a depuis son arrivée au pouvoir le 1er janvier affiché un pro-américanisme très marqué qui tranche avec la tradition de la diplomatie brésilienne, qui s'efforçait de se tenir à égale distance des grandes puissances.

«Regardez les journaux télévisés, je les appelle Fake News », a lancé M. Trump avant de souligner qu'il était «très fier» d'avoir entendu son homologue brésilien utiliser cette expression quelques minutes plus tôt.

Trump évoque Pelé

Sans surprise, les deux hommes ont affiché leur unité sur le Venezuela, faisant encore monter la pression sur le président Nicolas Maduro dont ils réclament avec force le départ depuis qu'ils ont reconnu l'opposant Juan Guaido comme président par intérim.

«Nous appelons les militaires vénézuéliens à mettre fin à leur soutien à Maduro», a une nouvelle fois lancé M. Trump, évoquant de possibles sanctions supplémentaires «beaucoup plus dures» contre Caracas. «Toutes les options sont sur la table», a-t-il redit, tout en restant évasif sur une éventuelle intervention militaire. «Ce qui se passe au Venezuela est honteux».

Un peu plus tôt, devant les journalistes, les deux hommes avaient échangé des maillots des équipes de football de leur pays: «Je me souviens encore de Pelé», a lancé M. Trump, louant les qualités de la Seleçao.

Pour M. Trump, cette visite devait être l'occasion de tourner la page d'une séquence difficile entre l'échec du sommet de Hanoï avec le leader nord-coréen Kim Jong Un et le camouflet d'un vote du Congrès sur son projet de mur à la frontière avec le Mexique.

Bolsonaro défend le mur

Dans un entretien à la chaîne Fox News, M. Bolsonaro a loué la pugnacité du président des Etats-Unis sur la question du mur en prenant comme contre-exemple la France où, a-t-il affirmé contre toute évidence, «les frontières sont ouvertes aux réfugiés sans le moindre filtre».

«L'immense majorité des immigrants potentiels n'ont pas de bonnes intentions», a-t-il affirmé, avant de s'excuser un peu plus tard pour ses propos lors d'un point de presse où il a précisé, affirmant qu'il voulait en réalité parler d'une «minorité» de ceux qui tentent de rejoindre l'Amérique.

Le président des Etats-Unis et celui de la première puissance d'Amérique latine ont insisté sur une coopération économique renforcée. Dans une décision chargée en symboles, le Brésil a annoncé lundi qu'il autoriserait les Etats-Unis à lancer des satellites depuis le centre spatial d'Alcantara, dans l'Etat septentrional de Maranhao. Alcantara est idéalement situé en raison de sa proximité avec l'équateur, qui permet des économies de combustible de l'ordre de 30% pour les lancements ou la mise en orbite de charges plus lourdes. (afp/nxp)

Créé: 19.03.2019, 18h37

Articles en relation

Trump accueille Bolsonaro à Washington

Diplomatie Le «Trump des tropiques» est en visite à la Maison Blanche mardi, où il doit rencontrer le président américain. Plus...

Trump recevra Bolsonaro pour sceller leur alliance

Brésil/Etats-Unis Le président brésilien a réservé à son homologue américain sa première visite bilatérale à l'étranger depuis sa prise de fonctions. Plus...

Bolsonaro critique le carnaval avec une vidéo choc

Brésil Dans un tweet, le président brésilien a publié une vidéo où l'on voit uriner un homme sur un autre individu pour dénoncer les dérives du carnaval. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...