Berne s'inquiète de la situation au Nicaragua

Droits humains Devant l'ONU, la Suisse a dénoncé les attaques à l'encontre des défenseurs des libertés fondamentales dans le pays d'Amérique centrale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse demande au Nicaragua d'arrêter d'intimider et d'attaquer les défenseurs des droits humains dans un pays marqué par une crise politique. Mardi à Genève, l'ONU a appelé à des «investigations urgentes» après l'assassinat récent de trois ex-manifestants.

«Graves violations des droits de l'homme»

Devant le Conseil des droits de l'homme, l'ambassadeur suisse auprès de l'ONU à Genève Valentin Zellweger a appelé le gouvernement à «mettre fin à l'action des forces de l'ordre et des groupes paramilitaires» contre les défenseurs des droits humains. Il s'est à nouveau dit inquiet des restrictions aux libertés fondamentales.

Il a également demandé aux autorités d'établir des mécanismes pour poursuivre les responsables de la répression des manifestations de 2018 contre le pouvoir. Dans un rapport publié vendredi, la Haute commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet avait dénoncé l'impunité dont bénéficient les responsables de «graves violations des droits de l'homme» qui se poursuivent dans ce pays.

Berne continue d'appuyer les efforts du Haut-commissariat qui n'a plus accès au pays depuis l'expulsion de plusieurs collaborateurs, mais qui oeuvre depuis la région. Mardi, Mme Bachelet a annoncé devant le Conseil que son bureau avait pu corroborer plusieurs assassinats en juin et juillet dans une région proche du Honduras, mais aussi dans une ville de ce pays voisin.

Trois personnes tuées au moins avaient participé aux rassemblements de 2018 contre une réforme sociale, puis contre le président Daniel Ortega. La Haute commissaire a demandé des «sanctions» contre les responsables.

Plusieurs centaines de victimes

Plus largement, arrestations et détentions arbitraires se poursuivent, mais elles sont moins nombreuses depuis l'accord entre le gouvernement et l'opposition sur les prisonniers en mars dernier. Ce dialogue politique a toutefois été interrompu la semaine dernière par les autorités.

Depuis la libération de la quasi-totalité des manifestants en juin dernier, les plaintes pour torture sont «sporadiques». Les conditions se sont améliorées depuis que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a accès aux centres de détention en début d'année, a ajouté Mme Bachelet.

Egalement devant le Conseil, un vice-ministre du gouvernement du Nicaragua a lui dénoncé un rapport «partial» et «arbitraire» qui n'établit, selon lui, aucune preuve. Il a aussi accusé la Haute commissaire de «minimiser les actes criminels» perpétrés dans «les soi-disant manifestations pacifiques».

Au total, au moins 325 personnes sont décédées et des milliers ont été blessées dans les protestations de 2018. Plus de 700 opposants ont été détenus et des dizaines de milliers de personnes ont fui le pays, selon des ONG. (ats/nxp)

Créé: 10.09.2019, 11h20

Articles en relation

Libération des leaders des manifs contre Ortega

Nicaragua Après un premier groupe lundi d'une cinquantaine de prisonniers amnistiés, 56 opposants ont été remis mardi au CICR. Plus...

Les prisonniers politiques amnistiés

Nicaragua Le Parlement du Nicaragua a adopté une loi d'amnistie, pour les prisonniers politiques... comme pour les forces de répression. Plus...

Nicaragua: un opposant meurt dans une prison

Nicaragua Le gouvernement a expliqué que l'homme était décédé après un «incident» avec un membre du personnel dans une prison. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...