Au Portugal, après la tragédie, les questions sur la gestion des forêts

Incendies meurtriersL’incendie qui a fait 64 morts relance le débat sur la gestion des forêts. L’industrie de l’eucalyptus est mise en cause.

A l’été 2016, un projet de loi visant à interdire de nouvelles plantations d’eucalyptus, précisément pour limiter le risque d’incendies, avait été initié.

A l’été 2016, un projet de loi visant à interdire de nouvelles plantations d’eucalyptus, précisément pour limiter le risque d’incendies, avait été initié. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les pompiers continuaient mardi de lutter contre les flammes qui ont causé la mort de 64 personnes depuis samedi et fait 157 blessés dans la région montagneuse du centre du Portugal. Et alors que le pays est en deuil, le débat commence à émerger sur les raisons profondes de cette tragédie. Les responsabilités politique et économique, pour cause de gestion non durable des forêts, sont maintenant questionnées.

En comparaison européenne, le Portugal est chaque année, depuis vingt ans, le pays européen le plus systématiquement touché par les feux de forêts. L’ONG Quercus, association nationale de conservation de la nature, dénonçait lundi dans un communiqué le manque de vision durable des autorités. Visée en particulier, «la politique irresponsable» du précédent gouvernement, qui a consisté à continuer de promouvoir les plantations d’eucalyptus pour l’industrie de la pâte à papier, un secteur important de l’économie portugaise. Leurs surfaces représentent 900 000 hectares, soit le quart de l’ensemble des espaces boisés du pays, supplantant le pin maritime et le chêne-liège. Or, si l’eucalyptus est prisé de l’industrie de la cellulose – qui s’est développée depuis le milieu du XXe siècle au Portugal – il a aussi la réputation d’être hautement inflammable. Les alignées denses d’eucalyptus favoriseraient la propagation des feux dans les régions du centre et du nord du pays. Cet arbre d’origine australienne, arrivé au XVIIIe siècle, est aussi très gourmand en eau, asséchant les terres qui le bordent, le rendant peu apprécié des paysans portugais. L’histoire de son implantation et de son exploitation a d’ailleurs été jalonnée de conflits sociaux.

A l’été 2016, après une série d’incendies dévastateurs, la nouvelle majorité avait initié un projet de loi visant à interdire de nouvelles plantations d’eucalyptus, précisément pour limiter le risque d’incendies. Mais le projet est toujours pendant.

En avril, l’Association de l’industrie du papier dénonçait les conséquences négatives attendues d’un tel veto. Parmi ses arguments, le fait que l’interdiction contribuerait à faire augmenter le phénomène d’exode rural, donc d’abandon de l’exploitation et de la gestion des forêts (essentiellement privée au Portugal), et par effet domino à un accroissement des feux de forêt. Elle note que sur l’ensemble des surfaces qui ont brûlé ces dernières années, les terres non exploitées représentaient 49% du total.

(TDG)

Créé: 20.06.2017, 19h30

Articles en relation

Le Premier ministre réclame des explications

Incendie au Portugal A la suite de l'incendie qui a fait 47 victimes, Antonio Costa, veut comprendre «pourquoi la route nationale 236 n'a pas été fermée à la circulation». Plus...

Il a bravé les flammes en vain pour sauver sa mère

Portugal La mère de Miguel Manuel l'a appelé paniquée quand le feu menaçait leur village de Pobrais. Il a roulé sur les flammes pour lui venir en aide, mais il était trop tard. Plus...

Le Portugal sous le choc après l'incendie de forêt

Portugal Au moins 62 personnes sont mortes et des dizaines sont blessées. «L'incendie a atteint une dimension de tragédie humaine jamais connue jusqu'ici». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les insectes débarquent dans nos assiettes
Plus...