Aller à l'école des déchets pour acquérir le savoir

CambodgeUne école, bâtie avec des pneus et bouteilles et fonctionnant avec des profs bénévoles, suscite de l'espoir au sommet d'une montagne cambodgienne.

«J'ai arrêté de mendier. C'est comme si on m'avait donné une seconde chance», raconte un ado de 12 ans, tout en prenant des notes pendant un cours d'anglais.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des déchets plastiques en guise de frais d'inscription: au sommet d'une montagne dans un luxuriant parc national, une petite école a été édifiée à partir de pneus, de bouteilles et d'emballages que les élèves collectent pour pouvoir étudier.

Roeun Bunthon, ancien enfant des rues, est l'un d'eux. «J'ai arrêté de mendier. C'est comme si on m'avait donné une seconde chance», raconte l'adolescent de 12 ans, tout en prenant des notes pendant un cours d'anglais. Sun Sreydow, 10 ans, espère, elle, que cet apprentissage lui permettra d'accomplir son rêve: devenir médecin.

Située à une centaine de kilomètres de Phnom Penh, au coeur de la chaîne des Cardamomes, l'école Coconut School est presque entièrement construite à partir de déchets. Les murs ont été érigés avec des pneus peints, les toits avec des bouteilles en plastique et des centaines de capsules colorées dessinent le drapeau national à l'entrée de l'établissement.

Ouverte en 2017, elle ne remplace pas l'école publique à laquelle les enfants sont toujours tenus d'aller, mais complète l'enseignement dans plusieurs matières - l'anglais, les mathématiques, le khmer, l'informatique - tout en apprenant aux élèves à recycler. Le but de Ouk Vanday, un ancien directeur d'hôtel à l'origine de cette initiative, est double.

Il s'agit d'abord d'offrir une éducation complémentaire aux enfants les plus défavorisés dans un pays où ces derniers sont souvent envoyés mendier pour contribuer à subvenir aux besoins de leur famille. Soutenue par des enseignants bénévoles et des dons, Coconut School, qui accueille une soixantaine d'élèves, «ne demande pas d'argent, même si elle n'est pas gratuite pour autant», souligne Ouk Vanday.

Pour s'acquitter du droit d'entrée et payer les frais mensuels, les élèves apportent des emballages plastiques qui serviront notamment à agrandir l'établissement. «Je dis toujours aux enfants: donnez-moi des ordures et je vous donnerai une instruction», souligne Ouk Vanday, 34 ans, qui a lancé une première école de ce type sur une île près de Phnom Penh en 2013.

- 3,6 mégatonnes de déchets -

L'objectif est aussi de lutter contre la prolifération des déchets alors que le petit pays d'Asie du Sud-Est en a produit 3,6 millions de tonnes en 2017, d'après les statistiques du ministère de l'Environnement. Seules 11% des ordures sont recyclées dans le royaume, 48% sont brûlées ou jetées dans des rivières, le reste étant acheminé vers des sites d'enfouissement ou des dépotoirs en constante expansion, ce qui comporte de grands risques sanitaires et écologiques. Ouk Vanday estime qu'il faudra peut-être «10 à 15 ans» aux Cambodgiens pour prendre conscience de ces enjeux, mais espère que ses élèves vont aider au changement.

«Ces jeunes deviendront de nouveaux militants (environnementaux) au Cambodge, qui auront compris comment utiliser, gérer et recycler les déchets», relève-t-il. En attendant, il a plusieurs projets en tête.

Il souhaite construire à partir de déchets recyclés, notamment de pneus usagés, une réplique du célèbre temple Angkor Vat et ouvrir «un musée des ordures». Il prévoit aussi en 2022 une école flottante à partir des déchets jetés dans le lac Tonlé Sap près de Siem Reap (centre), le plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud-Est.

Quant à Coconut School, une classe maternelle va ouvrir l'année prochaine et l'établissement espère pouvoir accueillir prochainement quelque 200 enfants. (afp/nxp)

Créé: 12.10.2018, 09h33

Articles en relation

Touristes arrêtés pour «danses pornographiques»

Cambodge La police cambodgienne a arrêté une dizaine de touristes ayant «simulé des actes sexuels» lors d'une fête. Plus...

Ces éléphants ont vécu l'enfer

Cambodge Onze éléphants se sont retrouvés coincés dans le cratère d'une bombe pendant quatre jours, au Cambodge, avant d'être secourus. Plus...

Le fragile équilibre de Phnom Kulen, berceau végétal de l'histoire khmère

Evasion La montagne sacrée au nord de Siem Reap, au Cambodge, abrite une cité préangkorienne et d’anciens Khmers rouges Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...