Afghanistan: visite surprise du chef du Pentagone

Etats-UnisPatrick Shanahan a choisi l'Afghanistan pour sa première visite officielle depuis sa prise de fonctions le 1er janvier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef du Pentagone par intérim Patrick Shanahan est arrivé lundi matin à Kaboul afin d'évaluer la situation en Afghanistan d'où le président Donald Trump veut retirer les forces américaines après 17 ans de guerre.

Au cours de cette visite surprise, M. Shanahan aura des entretiens avec le président afghan Ashraf Ghani ainsi qu'avec le commandant en chef des forces américaines stationnées en Afghanistan, le général Scott Miller. Il souhaite rassurer le gouvernement afghan sur les négociations de paix en cours avec les talibans, que Washington mène depuis l'été directement avec les talibans.

«Il est important que le gouvernement afghan soit impliqué dans des discussions qui concernent l'Afghanistan», a indiqué M. Shanahan dans l'avion l'acheminant de Washington à Kaboul. «Les Etats-Unis ont investi de façon importante, très importante, dans la sécurité (de l'Afghanistan) mais ce sont les Afghans qui doivent décider de leur avenir», a-t-il précisé aux journalistes qui l'accompagnent.

Les talibans refusent de négocier avec le gouvernement du président Ashraf Ghani, que les rebelles ont toujours snobé en le taxant de «marionnette» des Américains. Donald Trump a promis durant sa campagne de mettre fin à ce conflit qui a tué des milliers de civils afghans et 2400 soldats américains, ou en tout cas de retirer ses troupes.

Une intention réitérée mardi lors de son discours annuel sur l'état de l'Union devant le Congrès américain. En décembre, des responsables américains avaient même fait savoir que le locataire de la Maison Blanche avait déjà décidé de rapatrier la moitié des 14'000 soldats américains déployés en Afghanistan.

«Pas d'instructions»

Mais M. Shanahan, un ancien dirigeant de Boeing devenu numéro deux du Pentagone en 2017 avant de succéder le 1er janvier à l'ex-général des Marines Jim Mattis, a assuré qu'une réduction imminente des forces américaines en Afghanistan n'était pas prévue.

«Je n'ai pas reçu pour instruction de réduire nos effectifs en Afghanistan», a-t-il affirmé. «La présence telle que nous la souhaitons en Afghanistan doit assurer la défense de notre territoire et soutenir la stabilité régionale», a-t-il ajouté. Toute discussion sur la taille des effectifs «se tient de façon coordonnée et disciplinée».

M. Mattis avait démissionné avec fracas pour protester contre l'annonce surprise et unilatérale des Etats-Unis de se retirer de Syrie, où ils étaient engagés depuis 2014 contre le groupe Etat islamique (EI) à la tête d'une coalition internationale. Outre le président afghan, M. Shanahan a prévu de se rendre sur la base de Morehead, près de Kaboul, où les soldats américains forment leurs homologues afghans.

M. Shanahan a affirmé son soutien à l'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, qui mène les négociations avec les talibans. Mais il a indiqué vouloir aussi recueillir l'avis du général Miller sur ces négociations, auxquelles assiste toujours un représentant du Pentagone. «Quand on réfléchit à notre présence là-bas, il y a beaucoup de risques, mais il y a aussi beaucoup d'opportunités», a-t-il indiqué. «Une partie de l'objectif de ma visite est de m'asseoir avec le général Miller et son équipe (...) pour qu'il me dise ce qui est important pour lui, ce qui reste à régler.» (afp/nxp)

Créé: 11.02.2019, 06h18

Articles en relation

Un accord de paix envisagé «avant juillet»

Afghanistan Les Etats-Unis espèrent parvenir à un accord de paix «avant les élections» de juillet en Afghanistan. Plus...

Donald Trump veut un retrait des troupes US

Moyen-Orient Le président américain a confirmé sa volonté de retirer les soldats US en Afghanistan et en Syrie. Il reste toutefois vague sur la date du départ. Plus...

Les Etats-Unis et les talibans progressent

Afghanistan Les pourparlers de paix avancent bien entre les deux camps en Afghanistan, même si des obstacles majeurs subsistent. Plus...

Les talibans nomment un nouveau négociateur

Afghanistan Le nouveau négociateur n'est autre que le mollah Abdul Ghani Baradar, cofondateur du mouvement taliban et susceptible de rallier les dissidents. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...