Passer au contenu principal

SyriePlus de 80 morts dans de violents combats à Idleb

Des affrontements meurtriers ont opposé des combattants pro-régime et des groupes armés près de la ville de Maarat al-Noomane vendredi.

Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)
Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)
AFP
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)
AFP
La défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre «l'agression américaine, britannique et française», a rapporté la télévision d'Etat syrienne. Le régime syrien a jugé que cette opération militaire constituait une violation «flagrante» du droit international et était «vouée à l'échec».
La défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre «l'agression américaine, britannique et française», a rapporté la télévision d'Etat syrienne. Le régime syrien a jugé que cette opération militaire constituait une violation «flagrante» du droit international et était «vouée à l'échec».
Keystone
1 / 150

Plus de 80 personnes ont été tuées depuis jeudi en Syrie lors de violents affrontements entre les forces du régime et des groupes armés dans la région d'Idleb, le dernier grand bastion hostile à Damas, selon un nouveau bilan d'une ONG. Les combats se poursuivent.

Combats et pilonnages

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée à Londres proche des rebelles syriens, 51 djihadistes et rebelles ont été tués, ainsi que 30 combattants prorégime. Ces affrontements meurtriers se sont déroulés notamment près de la ville de Maarat al-Noomane, contrôlée par les djihadistes.

En parallèle, l'aviation russe, qui soutient les forces du régime, pilonne les zones autour de Maarat al-Noomane et de la ville voisine de Saraqeb, selon l'OSDH.

Cette nouvelle montée de tensions a provoqué une vague de déplacement, a indiqué le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) dans un communiqué. Des dizaines de milliers de civils ont fui les bombardements du régime syrien et de son allié russe cette semaine à Idleb. «Des milliers d'autres attendraient que les bombardements diminuent pour partir», a ajouté l'OCHA.

Une trêve depuis le 20 août

«Des centaines de roquettes ont visé Maarat al-Noomane hier», a expliqué l'un des déplacés. «La situation est très mauvaise.»

La région d'Idleb abrite environ trois millions de personnes, dont de nombreux déplacés d'autres régions syriennes. Elle est dominée par les djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.

Mercredi, la conseillère humanitaire auprès de l'envoyé spécial des Nations unies en Syrie, Najat Rochdi, a condamné la recrudescence des violences, appelant à une «désescalade immédiate», au lendemain de bombardements menés par le régime ayant tué 23 civils.

En dépit d'une trêve annoncée le 20 août par Moscou, les bombardements et combats au sol ont déjà tué plus de 250 civils depuis cette date, en plus de centaines de combattants des deux camps, selon l'OSDH.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.