Passer au contenu principal

Le 70e anniversaire des Conventions de Genève laisse un goût amer

Les règles liées aux conflits armés n’ont jamais été aussi bafouées depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les Archives fédérales à Berne conservent cet exemplaire.
Les Archives fédérales à Berne conservent cet exemplaire.
Keystone

Le 12 août 1949, l’adoption des Conventions de Genève, avec leurs quatre traités internationaux, marque une avancée considérable en fixant des limites à la barbarie. Ces textes protègent les personnes qui ne participent pas aux hostilités: les civils, les membres du personnel sanitaire ou d’organisations humanitaires (quatrième convention), ainsi que celles qui ne prennent plus part aux combats: les blessés, les malades et les naufragés, les prisonniers de guerre (première, deuxième et troisième conventions). Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les États s’engagent ainsi à limiter la violence en temps de guerre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.