5G : l'UE émet des réserves sur Huawei

TélécomLa Cheffe de la Commission européenne craint que l'extension de la 5G au géant chinois ouvre une porte à l'espionnage de données.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a émis des réserves à la participation du géant chinois des télécoms Huawei dans l'extension du réseau mobile 5G, dans un entretien publié vendredi.

«S'il existe un risque que les données des citoyens ou des entreprises soient exploitées en vertu (d'une loi chinoise sur les services secrets), nous ne pouvons pas l'accepter» en Europe, a déclaré Mme von der Leyen au magazine allemand Der Spiegel.

La loi dont a fait référence la dirigeante allemande oblige des entreprises comme Huawei à transmettre des informations à l'État chinois.

«Flux de données sécurisés»

Plus rapide et puissante, la technologie 5G est un facteur «clé pour des flux de données sécurisés en Europe», souligne Mme von der Leyen, tandis que la Commission européenne s'apprête sur le sujet à faire des propositions de normes communes en Europe.

«L'une de ces normes doit être que les entreprises qui nous fournissent ces technologies hautement sensibles soient indépendantes et ne peuvent pas être contraintes par leurs gouvernements à transmettre des données», ajoute la cheffe de l'exécutif européen.

Les 28 pays de l'UE avaient convenu début décembre de «prendre en considération le régime politique dans lequel évoluent les fournisseurs originaires de pays tiers» afin d'atténuer les risques sur la sécurité liés au développement de la 5G sur le Vieux continent. Une déclaration évitant de nommer la Chine et l'équipementier Huawei, pourtant présents dans tous les esprits.

Sujets de crispation

La 5G en Europe est l'un des principaux sujets de crispation économique et politique entre l'Union européenne et la Chine au moment où les deux puissances veulent développer un nouveau partenariat stratégique en 2020.

Washington a déjà exclu Huawei des Etats-Unis, et veut le faire bannir par l'UE en invoquant les risques d'espionnage pour le compte de Pékin.

Le nouveau commissaire européen au Marché intérieur et au Numérique, le Français Thierry Breton, avait lui mis en exergue début décembre le savoir-faire européen en matière de 5G, citant le suédois Ericsson et le finlandais Nokia, qui a racheté le franco-américain Alcatel-Lucent. (afp/nxp)

Créé: 27.12.2019, 15h06

Articles en relation

La 5G est-elle dangereuse? La science livre ses vérités

Technologie Des experts français se prononcent sur les inquiétudes liées à la technologie de la 5G sur la santé. Plus...

La 5G connaît un démarrage très inégal

Télécommunications La 5G devrait être disponible sur 80% du territoire en Suisse d'ici à la fin de l'année, mais son déploiement bute sur les inquiétudes de la population concernant les risques sanitaires. Plus...

La 5G à peine déployée, la Chine prépare déjà la 6G

Télécoms Pékin n'ambitionne pas seulement d'être un leader mondial dans la technologie 5G, il veut aussi dicter la norme de la future 6G. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...