Près de 300 policiers blessés en Catalogne

EspagneDe violents affrontements entre militants indépendantistes radicaux et forces de l'ordre ont fait plusieurs centaines de blessés, dont des policiers.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux cent huitante-neuf agents des forces de l'ordre ont été blessés dans les manifestations violentes qui ont suivi en Catalogne la condamnation de dirigeants indépendantistes à de longues peines de prison. Deux d'entre eux sont toujours hospitalisés.

La plupart de ces blessés (226) sont déjà comptabilisés dans le bilan officiel de 593 blessés soignés par les services d'urgence du gouvernement régional de Catalogne entre le 14 et le 20 octobre. Des informations erronées qui circulent sur les réseaux sociaux affirment que ces quelque 600 personnes ont été blessées par les policiers.

Au total 289 policiers ont été blessés dans les affrontements avec des manifestants violents lançant pavés, cocktails molotov et billes d'acier, «dont 154 Mossos d'Esquadra (police régionale), 134 membres de la police nationale» et un policier d'un autre corps, a précisé la porte-parole du gouvernement Isabel Celaa vendredi.

Les services d'urgence de Catalogne (SEM) avaient publié mardi un communiqué chiffrant à 593 le nombre de blessés qu'ils avaient soignés, dont 226 policiers au total (116 Mossos d'Esquadra et 110 policiers nationaux).

Deux cents interpellations

Quatre manifestants ont perdu un oeil, dont trois sont toujours dans un état grave, selon la directrice du département de la Santé de Catalogne, Alba Verges. Le dernier bilan des policiers blessés est plus lourd que celui du SEM parce que certains ont été soignés dans des cliniques privées, a déclaré à l'AFP le ministère de l'Intérieur.

L'Assemblée nationale catalane (ANC), puissante organisation indépendantiste, a publié un communiqué en français et en anglais affirmant que selon le département de la Santé du gouvernement régional, «il y a 579 blessés victimes des violences policières».

Un centre des droits humains appelé Iridia a diffusé par ailleurs ce tweet le 20 octobre: «Près de 200 interpellations, 22 incarcérations et près de 600 blessés, le bilan de la répression de six jours de manifestations en Catalogne».

D'après la porte-parole du gouvernement, plus de 200 personnes ont été interpellées, 134 adultes et 15 mineurs ont été présentés devant un juge et 31 ont été incarcérés. Des 15 mineurs, 14 ont été laissés en liberté surveillée et un a été placé dans un centre de détention.

Neuf à 13 ans de prison

Nées de la frustration d'une partie de la base indépendantiste, deux ans après l'échec de la tentative de sécession de 2017, ces violences ont marqué un tournant pour le mouvement séparatiste qui s'est toujours targué d'être non violent. La justice espagnole a condamné le 14 octobre neuf dirigeants indépendantistes à des peines de neuf à 13 ans de prison pour cette tentative de sécession. (ats/nxp)

Créé: 26.10.2019, 07h55

Articles en relation

Le centre de Barcelone bascule dans le chaos

Catalogne Les Catalans étaient un demi-million dans la rue ce vendredi à Barcelone, avant que les violences n'éclatent. Plus...

Puigdemont laissé libre sous conditions

Belgique Suite à un mandat d'arrêt international, l'ancien président de la Catalogne s'est présenté spontanément devant la justice belge ce vendredi. Il reste libre sous conditions. Plus...

Manif et grève générale à Barcelone

Catalogne Les indépendantistes catalans ont convergé ce vendredi vers Barcelone pour manifester dès 17h. Ils ont coupé plusieurs routes, notamment entre l'Espagne et la France. Plus...

Les indépendantistes catalans restent mobilisés

Espagne Après plusieurs nuits de violences en Catalogne, les indépendantistes ne relâchent pas la pression en amont d'une journée de «grève générale» vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...