23 civils tués dans des frappes sur Idleb

SyrieL'OSDH rapporte qu'au moins 51 soldats pro-régime et 36 djihadistes ont été tués en 24 heures en Syrie. A Idleb, 23 civils ont péri.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au moins 23 civils ont été tués mercredi dans des frappes aériennes contre le dernier bastion djihadiste en Syrie, dans le nord-ouest du pays, selon une ONG. Les combats intenses entre djihadistes et forces pro régime ont fait au moins 87 morts en 24 heures.

La province d'Idleb et des segments des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié, dominés par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda), sont le théâtre depuis fin avril d'affrontements meurtriers entre djihadistes et forces pro-régime, soutenues par Moscou.

Depuis mardi soir, des combats intenses entre les deux camps autour de la ville de Kafr Nabuda ont tué 87 combattants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), à savoir 51 soldats et 36 djihadistes. En outre, 23 civils sont morts dans des raids aériens du régime menés dans la nuit, dont 12 sur un marché bondé dans la ville de Maaret al-Noomane, a indiqué l'Observatoire.

Selon des témoins sur place, le secteur du marché était bondé au moment des raids, alors que de nombreux habitants se trouvaient à une heure tardive dans le souk, après la rupture du jeûne du ramadan. Un correspondant de l'AFP a vu mercredi matin des devantures de magasins endommagées et des immeubles en lambeaux dans la zone ciblée par les frappes nocturnes.

«Zone démilitarisée»

Idleb et ses environs ont fait l'objet en septembre 2018 d'un accord entre Moscou et Ankara sur une «zone démilitarisée» devant séparer les territoires aux mains des insurgés des zones gouvernementales attenantes.

Partiellement appliqué en raison du refus des djihadistes de se retirer de la future zone tampon, cet accord avait permis d'éviter une offensive d'envergure de l'armée syrienne. Mais le régime a continué d'y mener des frappes, devenues plus soutenues depuis février.

Et, depuis la fin avril, les forces pro-régime et celles de la Russie ont encore intensifié ces frappes, et se sont emparées de plusieurs villes dans le sud d'Idleb et le nord de Hama. Mercredi, les combats intenses sont intervenus au lendemain d'une contre-attaque de HTS dans le nord de la province de Hama.

D'après l'Observatoire, le groupe djihadiste est parvenu à prendre la majeure partie de la ville de Kafr Nabuda, que les forces du régime avaient reconquise le 8 mai. Les médias d'Etat ont eux affirmé que le régime avait repoussé l'assaut.

Ces développements, les plus graves depuis septembre, font craindre un effondrement de l'accord russo-turc. La Syrie est déchirée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 370'000 morts, et a poussé à la fuite des millions de personnes. (ats/nxp)

Créé: 22.05.2019, 23h10

Articles en relation

«Aucune preuve» d'une nouvelle attaque chimique

Syrie Malgré les affirmations de Washington selon lesquelles Damas aurait perpétré une attaque chimique dans le nord-ouest de la Syrie, l'OSDH invite à la prudence. Plus...

Idleb: crainte d'une catastrophe humanitaire

Syrie L'ONU s'inquiète des conséquences des violences à Idleb, en Syrie. Moscou dément viser des civils. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...