Passer au contenu principal

En 2015, les passeurs ont récolté 6 milliards d'euros

Europol déplore les bénéfices engrangés via le trafic de personnes partant vers l'Union européenne.

Des Afghans rejoignent une plage de Lesbos, en Grèce.
Des Afghans rejoignent une plage de Lesbos, en Grèce.
Reuters

La criminalité organisée spécialisée dans le trafic d'êtres humains a récolté en 2015 jusqu'à six milliards d'euros, l'essentiel de cette somme provenant du trafic de migrants vers l'UE, estime lundi l'agence Europol. Selon elle, ce chiffre pourrait doubler, voire tripler, si la crise migratoire continue sur son rythme actuel.

Dans son rapport, l'office intergouvernemental européen de police criminelle qualifie le trafic d'êtres humains «d'activité criminelle à la plus forte croissance en Europe».

Europol et les polices européennes ont identifié plus de 12'000 passeurs soupçonnés d'appartenir à des groupes criminels impliqués dans le trafic de migrants.

Faux papiers et corruption

Ces groupes criminels se sont spécialisés dans la fabrication de faux papiers et dans la corruption de fonctionnaires, dit Europol.

L'agence dit par ailleurs ne disposer que de peu de preuves selon lesquelles des terroristes potentiels utiliseraient des réseaux de passeurs pour s'infiltrer en Europe.

«Moins de 0,01% des personnes suspectées de terrorisme ont des liens avec les migrants», a déclaré le directeur d'Europol, Rob Wainwright.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.