Passer au contenu principal

SyrieAu moins 19 civils, dont des enfants, ont été tués

Malgré une trêve annoncée en août, des raids aériens du régime et de son allié russe ont frappé la province d'Idleb.

Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)
Amnesty International a accusé lundi le régime syrien et son allié russe de «crimes de guerre», après avoir documenté 18 attaques menées au cours de l'année passée contre des écoles et des centres médicaux du nord-ouest de la Syrie. (10 mai 2020)
AFP
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)
Les batteries antiaériennes syriennes ont intercepté lundi des frappes israéliennes dans le nord du pays, a affirmé l'agence de presse officielle Sana. (4 mai 2020 - Image d'archive)
AFP
La défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre «l'agression américaine, britannique et française», a rapporté la télévision d'Etat syrienne. Le régime syrien a jugé que cette opération militaire constituait une violation «flagrante» du droit international et était «vouée à l'échec».
La défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre «l'agression américaine, britannique et française», a rapporté la télévision d'Etat syrienne. Le régime syrien a jugé que cette opération militaire constituait une violation «flagrante» du droit international et était «vouée à l'échec».
Keystone
1 / 150

Au moins 19 civils, dont huit enfants, ont été tués samedi en Syrie dans des raids aériens du régime et de son allié russe sur la province d'Idleb, dominée par des djihadistes, a rapporté une ONG. Une trêve avait pourtant été annoncée à la fin août par Moscou.

Malgré le cessez-le-feu, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles, continue de rapporter des combats sporadiques et des bombardements qui ont tué des dizaines de personnes.

Paysage de ruines

Samedi, neuf civils dont trois enfants ont péri dans des raids russes sur le village de Balioun, dans le sud d'Idleb, d'après l'OSDH. Quatre civils dont un enfant sont morts dans des raids russes sur le village voisin d'Al-Bara, d'après la même source.

Au milieu d'un paysage de ruines en béton et de bâtisses à demi écroulées, un correspondant de l'AFP a vu les secouristes des casques blancs évacuer en civière à Al-Bara le corps d'une victime enveloppé dans une couverture.

Un millier de civils tués depuis août

L'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de source en Syrie, détermine les auteurs des raids à partir du type d'avion utilisé, du lieu de la frappe, des plans de vol et des munitions utilisées.

La province d'Idleb est dominée par les djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. Cette région, et des secteurs adjacents des provinces d'Alep, Hama et Lattaquié, échappe toujours dans sa vaste majorité au régime du président syrien Bachar el-Assad. Ces zones abritent aussi plusieurs autres groupuscules djihadistes et des rebelles affaiblis.

Entre fin avril et fin août, la région a été pilonnée sans interruption par l'armée syrienne, appuyée par l'aviation russe. Près d'un millier de civils ont péri durant cette période, selon l'OSDH, tandis que plus de 400'000 personnes ont été déplacées, d'après l'ONU.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.