Après 100 jours, une présidence en pointillé

TunisieLe président tunisien Kaïs Saïed a répondu jeudi aux questions des journalistes. Le pays n'a toujours pas de gouvernement.

Kaïs Saïed, président tunisien.

Kaïs Saïed, président tunisien. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Kaïs Saïed, qui aura passé vendredi 100 jours au pouvoir, a déploré l'absence d'un nouveau gouvernement près de quatre mois après les élections, une situation qui a propulsé ce néophyte du pouvoir au centre du jeu politique, mais l'a empêché d'imprimer sa marque.

Kaïs Saïed, 61 ans, qui avait jusque-là pratiquement fermé à la presse les portes du palais de Carthage, a répondu jeudi soir en direct aux questions de journalistes, une première depuis sa prestation de serment le 23 octobre. Le chef de l'État, critique du système parlementaire partisan, a assuré qu'il n'avait aucune intention de former un parti. Il a souligné qu'en cas d'échec à former un gouvernement, «je devrais appliquer la Constitution». Elle lui permet, en l'absence de gouvernement approuvé, de dissoudre le Parlement à partir de mi-mars.

Kaïs Saïed, qui habite toujours dans son quartier populaire, a souligné avoir préparé des projets de loi, «en matière économique et sociale», des thèmes qui lui sont chers, bien que ses prérogatives portent essentiellement sur la sécurité et la politique étrangère.

Dans ses trois premiers mois au pouvoir, il a certes reçu des responsables étrangers de tous bords au sujet du conflit en Libye voisine, dont le président turc Recep Tayyip Erdogan. Mais il a aussi invité au palais de Carthage des diplômés chômeurs, des martyrs de la révolution de 2011 et autres laissés-pour-compte de l'intérieur du pays.

«Machine au ralenti»

S'il les a assurés de son soutien, ces rencontres n'ont pas été suivies de mesures concrètes, Kaïs Saïed héritant du surnom ironique de «président des câlins». «On n'a pas encore d'idée précise de sa stratégie: il n'y a pas encore de gouvernement, donc la machine de l'État est au ralenti,» indique à l'AFP le politologue Youssef Cherif.

À l'issue des législatives d'octobre, aucun parti n'a obtenu de majorité. Au contraire, elles ont abouti à un éclatement inédit, avec une vingtaine de formations représentées au Parlement. Après l'échec début janvier d'un premier gouvernement à obtenir la confiance, Kaïs Saïed s'est vu confier la tâche de nommer un nouveau Premier ministre, une situation qui lui a permis d'«imposer son jeu», fait valoir Youssef Chérif.

Président sans parti et très critique du système parlementaire partisan, Kaïs Saïed a notamment exigé des formations politiques qu'elles communiquent des propositions écrites, avant de choisir comme chef du gouvernement un ex-ministre centriste, Elyes Fakhfakh. Fruit d'un compromis, ce choix a néanmoins fait fi des préférences des deux principaux partis, les islamistes d'Ennahdha et la formation Qalb Tounes du magnat des médias Nabil Karoui.

Elyes Fakhfakh, très largement battu lors des élections, a lui-même reconnu ne devoir sa légitimité qu'à Kaïs Saïed. Le président l'a appelé à «considérer la souffrance silencieuse des chômeurs et des pauvres». L'économie en berne ne permet pas de réduire un chômage dépassant les 15%, alors que l'inflation s'est stabilisée à plus de 6,5%. Et si les députés rejetaient l'équipe constituée par Elyes Fakhfakh, le président aurait alors une autre carte en main: la possibilité de dissoudre l'Assemblée.

«Souverainisme»

Sur la politique extérieure, il semble aussi délicat de déterminer une «doctrine Saïed». «On commence à voir un certain souverainisme», estimait avant l'interview Youssef Cherif, en citant le refus ferme opposé au président turc de suivre la ligne d'Ankara sur le dossier libyen, ou encore le rejet d'une invitation allemande jugée trop tardive à une conférence sur ce conflit mi-janvier.

Le président a assuré jeudi soir qu'il n'y avait «pas d'isolement», en dépit de son absence remarquée à plusieurs rencontres internationales, liée selon lui à la situation politique en Tunisie. Sa première visite officielle est prévue à Alger dimanche. L'absence de la Tunisie à la conférence de Berlin sur la Libye n'a pas fait l'unanimité. Certains ont apprécié ce coup de poing sur la table, mais d'autres ont critiqué une fierté mal placée.

Autre mesure forte ayant déclenché un débat: l'accueil solennel qu'il a réservé à des orphelins rapatriés de Libye, où leurs parents avaient rejoint des organisations djihadistes , contrastant avec la réticence affichée jusque-là par Tunis sur ce dossier très sensible. Les ONG réclamaient ces rapatriements de longue date, mais des critiques ont fusé sur cet égard présidentiel.

Ces polémiques sont néanmoins reléguées au second plan par les passes d'armes au Parlement sur le gouvernement. «Tous les partis creusent leur tombes, sauf lui», analyse le chercheur Michael Ayari, de l'International Crisis Group (ICG). «Kaïs Saïed est un nouveau phénomène, mais il faut encore qu'il se révèle», estime-t-il. «Beaucoup de gens attendent un homme fort - il en a les moyens, reste à voir s'il en a la disposition ou pas». (afp/nxp)

Créé: 31.01.2020, 01h59

Violations passées des droits humains: le président prêt à s'excuser

Kaïs Saïed a annoncé jeudi lors d'un entretien télévisé qu'il était prêt à présenter «sans tarder» des excuses au nom de l'État aux victimes de violations des droits de l'Homme commises par le passé. «Je n'hésiterai jamais à donner la parole de vérité quand il s'agit d'un devoir,» a-t-il assuré.

Plan Trump: l'«injustice du siècle»

Kaïs Saïed a fustigé le plan pour le Moyen-Orient présenté par le président américain Donald Trump comme étant «l'accord du siècle», en le qualifiant d'«injustice du siècle». «La Palestine n'est pas un domaine à marchander», a ajouté Kaïs Saïed.

Articles en relation

Le Parlement tunisien rejette le gouvernement

Tunisie Le président Kais Saied a maintenant 10 jours pour choisir un autre Premier ministre qu'Habib Jemli. Plus...

La Tunisie peine à former un nouveau gouvernement

Politique Désigné pour former une coalition, l'ancien secrétaire d'Etat Habib Jemli arrive à l'expiration du premier délai légal pour cette tâche ce dimanche. Plus...

Le chef Ghannouchi élu président du Parlement

Tunisie Le leader historique du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, a accédé mercredi à la présidence de l'Assemblée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...