10 et 14 ans requis au procès du «faux Le Drian»

FranceDeux hommes sont accusés d'être les cerveaux d'une escroquerie consistant à usurper l'identité du ministre français Jean-Yves Le Drian.

Les escrocs contactaient des dirigeants, des chefs d'État ou des ONG, demandant une aide financière pour des «opérations secrètes» de l'État français en se faisant passer pour Jean-Yves Le Drian.

Les escrocs contactaient des dirigeants, des chefs d'État ou des ONG, demandant une aide financière pour des «opérations secrètes» de l'État français en se faisant passer pour Jean-Yves Le Drian. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des «hold-up au bout du fil»: dix et quatorze ans de prison ainsi que deux millions d'euros chacun ont été requis mercredi à l'encontre de deux hommes, soupçonnés d'être les cerveaux d'une escroquerie consistant à usurper l'identité du ministre Jean-Yves Le Drian.

Afin de se faire passer pour le ministre de la Défense auprès de riches personnalités, entre 2015 et 2017, les malfaiteurs ont utilisé de faux documents. Parfois, un masque du ministre. Mais ils ont avant tout agi par téléphone, a souligné la procureure, en préambule de ses réquisitions.

«C'est comme un braquage, un hold-up, sauf que ça se fait au bout de fil, sans violence», a décrit Alice Cherif. «Au final, c'est le même résultat qu'un hold-up sauf que l'arme, c'est la voix». Pour elle, derrière cette arnaque, il y avait un «duo». D'un côté Gilbert Chikli, le «roi de la déballe», «celui qui s'expose». De l'autre, Anthony Lasarevitsch, «l'homme de l'ombre», le «metteur en scène».

Pour le premier, elle a demandé quatorze ans de prison, dix pour le second. Tous les deux ont énergiquement clamé leur innocence mais pour la magistrate, cette défense «s'éclate et se disloque sur la solidité et la réalité des preuves». Elle a détaillé le mode opératoire utilisé: les escrocs contactaient des dirigeants, des chefs d'État ou des ONG, demandant une aide financière pour des «opérations secrètes» de l'État français. Trois victimes sont tombées dans le piège et ont perdu plus de 55 millions d'euros.

«Audacieux», «astucieux», «exceptionnel»: des qualificatifs «trop positifs» ont été accolés aux faits, a déploré la représentante de l'accusation. «C'est immoral, c'est pathétique, intolérable, inadmissible. (...) Derrière les millions, il y a des personnes qui sont cassées, qui ont perdu toute confiance en elles».

«Simulacre»

Alice Cherif avait déjà requis, en 2015, dix ans de prison à l'encontre de Gilbert Chikli, lors d'un autre procès. A l'époque, il était en fuite en Israël et avait été condamné, en son absence, à 7 ans d'emprisonnement et un million d'euros d'amende. On lui reprochait alors d'être l'inventeur des escroqueries dites au «faux président», consistant à se faire passer au téléphone pour un chef d'entreprise auprès de ses salariés, dans le but de se faire transférer de l'argent. Une histoire qui a inspiré un film.

Dans l'affaire du «faux Le Drian», cinq autres prévenus, âgés de 27 à 49 ans, étaient aussi jugés pour complicité à différents degrés: la procureure a requis à leur encontre des peines allant d'un à cinq ans de prison ferme, assorties selon les cas de peines avec sursis et d'amendes.

«Ils sont où, les millions ?»

Dénonçant la sévérité des réquisitions, l'avocat d'Anthony Lasarevitsch a demandé au tribunal de «remettre le dossier à l'endroit», critiquant les «chimères» de l'accusation, le «rôle artificiel» attribué à son client. «Ils sont où, les millions ? On ne les a jamais retrouvés», a clamé David-Olivier Kaminski, estimant que «parce qu'on a un ministre qui est partie civile, il faut faire la peau».

«On vous demande de juger vite et mal», a dénoncé l'avocat de Gilbert Chikli en prenant la parole à 23H30, à l'issue d'une journée d'audience éprouvante, au cours de laquelle son client a fait un malaise. Évoquant des «lacunes abyssales» dans le dossier, Me Stéphane Sebag a plaidé la relaxe. «N'en faites pas la victime expiatoire, le bouc émissaire», a-t-il lancé. «Mettez-fin à ce simulacre de justice».

Après lui, Gilbert Chikli s'est levé une dernière fois dans le box. «Vous faites fausse route, je suis totalement innocent», a-t-il déclaré, se disant «sonné» par les réquisitions. «Plus personne n'entendra parler de moi», a-t-il promis. «Mais épargnez-moi tout ça». Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 11 mars. (afp/nxp)

Créé: 13.02.2020, 03h39

Articles en relation

Le procès de l'escroquerie au «faux Le Drian» débute

France Dès 2015, des escrocs se sont fait passer pour Jean-Yves Le Drian, alors ministre français de la Défense, pour extorquer 50 millions d'euros à plusieurs victimes. Le procès s'est ouvert à Paris. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...