Passer au contenu principal

EmploiMoins de chômeurs en septembre

Le nombre de chômeurs en Suisse est redescendu en septembre sous la barre symbolique des 150’000 personnes franchie en avril.

Un écran de télévision indique les emplois vacant dans le hall d’un Office cantonal de l’emploi.
Un écran de télévision indique les emplois vacant dans le hall d’un Office cantonal de l’emploi.
KEYSTONE/archives

Le nombre de chômeurs en Suisse est redescendu en septembre sous la barre symbolique des 150’000 personnes franchie en avril. Le nombre d’inscrits à un Office régional de placement (ORP) a atteint 148’560, en recul de 1,7% sur un mois.

Le taux de sans-emploi s’est contracté de 0,1 point de pourcentage, à 3,2%, selon les indications fournies jeudi par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco).

Les économistes consultés par AWP misaient sur 3,3% à 3,4%.

Corrigé des variations saisonnières (CVS), le taux de chômage a aussi reculé de 0,1 point de pourcentage à 3,3%.

Il faudra cependant faire preuve de patience avant que les statistiques retrouvent le niveau d’avant la crise du coronavirus. En février, les inscrits étaient au nombre de 117’822, soit un cinquième de moins qu’en septembre.

Le chômage partiel a chuté en juillet

En comparaison annuelle, les personnes annoncées à un ORP ont augmenté de 50% en septembre, ce qui représente 49’962 inscrits en plus, précise le communiqué de presse.

Le chômage des jeunes a reculé de 6,2% en rythme mensuel pour se fixer à 19’070 inscrits, alors que, pour les seniors, les chiffres sont restés stables à quelque 39’876 chômeurs. Le Seco a recensé 930 demandeurs d’emploi supplémentaires entre août et septembre, à 238’145 personnes.

Le nombre de places vacances a reculé de 327 unités, passant à 34’725.

Très utilisé par les entreprises affectées par la pandémie de Covid-19, le chômage partiel a chuté en juillet. Le nombre de personnes concernées a fondu de 29% à 347’638 employés. En tout, 39’071 entreprises ont eu recours à ce mécanisme, soit un quart de moins que le mois précédent. Le nombre d’heures perdues a plongé de 28% à 20,4 millions.

Une seule et unique personne a épuisé ses droits à l’indemnité de chômage en juillet.

ATS/NXP