Passer au contenu principal

Moins de 11% de Genevois infectés

Une étude publiée par «The Lancet» révèle que 10,8% de la population a contracté le coronavirus.

Photo d’illustration.
Photo d’illustration.
Archives/Illustration, Keystone

Seule une très faible minorité de Genevois a contracté le coronavirus: 10,8%. Cette estimation est le fruit d’une étude menée par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le Centre des maladies virales émergentes et l’Université de Genève. Publiée par le journal britannique «The Lancet», elle est, selon ses auteurs, la plus vaste étude mesurant la part d’une population exposée au coronavirus.

L’analyse a duré cinq semaines, du 6 avril au 9 mai; 2766 Genevoises et Genevois, constituant un échantillon représentatif de la population, ont été invités à subir une prise de sang et à répondre à un questionnaire. Les chercheurs ont estimé que pour chaque cas confirmé, il y avait douze cas d’infections réelles dans la société.

Premiers constats: par rapport aux adultes de 20 à 50 ans, les enfants de 5 à 9 ans présentent trois fois moins de risque d’être infectés et les personnes de plus de 65 ans deux fois moins, ce qui tend à confirmer l’efficacité des mesures de confinement partiel – mais il est possible que leur moindre capacité à produire des anticorps explique ce résultat.

Il apparaît que les infections se sont concentrées au sein des foyers. Ainsi, si seul un enfant sur 123 a été testé positif, 17,1% des enfants touchés comptaient au moins un membre positif à la maison, ce qui laisse penser qu’ils sont contaminés par les adultes.

Ces résultats préliminaires concordent avec des rapports similaires d’autres équipes dans le monde. Ils montrent que l’épidémie peut décliner sans que la majorité de la population ne soit immunisée. Les enquêtes de séroprévalence ne permettent pas, rappellent les HUG, de conclure à une immunité contre le virus.

Les chercheurs estiment à environ douze le nombre d’infections réelles dans la communauté pour chaque cas confirmé.