Passer au contenu principal

Encre bleueManifestation virtuelle

Laurent Guiraud 

La grogne monte chaque jour un peu plus contre la fermeture au bout du lac des commerces dits non essentiels. Ça devient même chaud bouillant, pour tout dire.

Or, cette hausse inquiétante de la température genevoise n’est pas bien captée par nos autorités. Faut dire qu’il n’est pas évident de savoir où glisser précisément le thermomètre pour voir où grimpe le mercure…
Dans chaque foyer du canton? Ce serait un peu compliqué, même si tout citoyen peste dans son coin, et selon ses intérêts, contre les mesures adoptées.

Dans la rue, lieu traditionnel de l’expression du ras-le-bol populaire? Les gens ne s’y rassemblent guère ces jours, histoire de ne pas être pris en faute. On est si vite taxé d’irresponsable ou pire, de complotiste… Suffit de voir les réactions indignées suscitées par la marche dite sauvage de samedi, destinée à soutenir les commerçants de Genève. À l’origine du moins.

Dans les pétitions, peut-être? On ne réunit pas des signatures sur la voie publique quand il n’y a pas un chat…
Et puis il y a une solution, proposée par le boulanger-pâtissier Eric Emery, celle de la manifestation virtuelle! C’est tout neuf, ça vient de sortir.

Comme d’autres commerçants genevois, son entreprise est en danger à cause d’une décision qualifiée d’injuste. Il invite donc les professionnels de la place, en plein désarroi, à rejoindre le mouvement «Covid Survivor», à s’exprimer et à participer, le jour venu, à une grande manifestation en ligne qui sera relayée aux autorités locales.
Pour l’heure, il y a moins d’inscrits sur le site que de gens défilant samedi dans les rues. Mais ça viendra. Le boulanger-pâtissier décidera jeudi du jour de ce rassemblement virtuel en fonction du nombre de participants et des décisions prises la veille par Berne.

6 commentaires
    AMG

    Difficile de comprendre en effet ...cependant les boulangers sont impactés puisque les restaurateurs ne commandent plus de pains. C'est une très belle initiative pour essayer de sauver une branche économique de 265 000 emplois en Suisse romande, dont 100 000 qui eux, disparaîtront. Pour la vente à l'emporter : c'est un désastre avec des rendements très faibles et des sociétés de distribution qui prennent 30% sur des prix déjà très bas. Allez donc dans un supermarché : c'est plein... un vrai cluster !

    Les commerces, les coiffeurs, esthéticiennes, restaurateurs, bars, cinéma, salles de spectacles qui ne sont pas considérés comme ''essentiels'' ont mis souvent tout ce qu'ils possédaient dans leurs propres établissements. Considérer que cela n'est pas essentiel est criminel du point de vue de la logique d'autant que ces métiers avaient mis en places toutes les mesures demandées. Chaque année les hôpitaux débordent en cette période, ce n'est pas nouveau. Le Covid 19 est une sale affaire, certes mais quel sacrifice pour la suite ? Dans un EMS où un ami a forcé la porte la chambre de sa maman qu'il n'avait pas vue depuis 3 semaines, il s'est retrouvé avec 2 policiers qui l'ont sorti 'manu militari' devant sa mère qui pleurait. Quelle honte ! Curieusement, on dirait que seuls les employés ne se plaignent de ce qui se passe : 80 % de chômage à ne rien faire. Essayez donc d'avoir une autre ouverture d'esprit, vous verrez, rien n'est simple. Mais la mort économique arrive à grands pas.