Passer au contenu principal

SuisseL’UDC du Valais romand pour des «entreprises responsables»

L’UDC du Valais romand (UDCVr) est la première section de droite à apporter son soutien à l’initiative «entreprises responsables». Le parti suisse n’a pas encore donné son mot d’ordre officiel.

Jerome Desmeules, secrétaire général de l’UDC du Valais romand, n’a pas attendu le mot d’ordre de son parti.
Jerome Desmeules, secrétaire général de l’UDC du Valais romand, n’a pas attendu le mot d’ordre de son parti.
KEYSTONE

L’UDC du Valais romand soutient l’initiative pour des multinationales responsables. Elle regrette toutefois que les ONG ne soient pas concernées par le texte, écrit jeudi la section sur son site internet.

Outre la gauche, un comité bourgeois de plus de 350 politiciens du PDC, du PBD, du PEV, du PLR, du PVL et de l’UDC soutient l’initiative. Mais l’UDC du Valais romand (UDCVr) est la première section de droite à apporter son soutien à un texte déposé en octobre 2016 par plusieurs dizaines d’organisations non gouvernementales. Le parti suisse n’a pas encore donné son mot d’ordre officiel.

«Personne parmi les politiques ne peut objectivement cautionner des choses horribles comme la torture, le travail des enfants ou la pollution des sols à l’étranger. Cela ne correspond pas aux valeurs suisses pour l’UDCVr», explique Jérôme Desmeules, secrétaire général du parti au micro de la RTS.

Sur le site internet de la section, celle-ci regrette toutefois que seules les entreprises soient concernées par l’initiative. «Nous demandons que les ONG soient soumises aux mêmes obligations», écrit l’UDCVr.

L’initiative veut obliger les entreprises qui ont leur siège en Suisse à examiner régulièrement les conséquences de leur activité sur les droits de l’homme et l’environnement, également à l’étranger. Celles manquant à ce devoir de diligence devront répondre des dommages causés, y compris par les sociétés qu’elles contrôlent sans participer directement aux activités incriminées.

ATS/NXP