Passer au contenu principal

Vote sur la burqa«L’UDC donne une leçon de respect aux féministes»

Pour le président du parti, Marco Chiesa, l’enjeu du scrutin du 7 mars dépasse l’interdiction du voile intégral. Il parle d’un choix de civilisation.

Le Tessinois Marco Chiesa est à la tête de l’UDC depuis l’été dernier.
Le Tessinois Marco Chiesa est à la tête de l’UDC depuis l’été dernier.
KEYSTONE

Combien de burqas avez-vous déjà vues en Suisse?

J’en ai vu quelques-unes à l’outlet de Mendrisio (ndlr: centre commercial où l’on vend des vêtements de marque dégriffés situé dans le sud du Tessin). C’était avant l’interdiction de se dissimuler le visage dans mon canton. Heureusement en Suisse, jusqu’à présent, le voile intégral est plutôt rare, contrairement à d’autres pays. Mais le nombre est sans importance, c’est le principe qui compte.

Voir une burqa, ça vous a fait peur, comme le suggèrent vos affiches?

Non, ça m’a plutôt attristé. La burqa est le signe de la soumission de la femme. C’est presque sa déshumanisation, parce qu’on cherche à la faire disparaître derrière ce voile intégral.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.