Passer au contenu principal

Sri LankaL’incendie sur le pétrolier à nouveau éteint

Ravivé lundi en raison de forts vents, le sinistre du navire transportant 270’000 tonnes de pétrole a été éteint ce mercredi. Une fuite de diesel ayant formé une nappe d’un kilomètre de long inquiète toutefois les autorités sri-lankaises.

Des hélicoptères de l’armée sri-lankaise ont largué des sacs de poudre chimique pour éteindre l’incendie du pétrolier.
AFP

L’incendie sur un pétrolier bloqué au large du Sri Lanka depuis près d’une semaine a finalement été éteint mercredi, ont annoncé les autorités. Mais une fuite de diesel détectée la veille a formé une nappe d’un kilomètre de long.

Le feu avait démarré jeudi dernier à bord du New Diamond, long de 330 mètres et chargé de 270’000 tonnes de pétrole brut ainsi que 1700 tonnes de diesel pour ses machines. Il avait repris lundi en raison de forts vents après avoir déjà été annoncé dimanche comme éteint.

Selon l’armée de l’air sri-lankaise, le sinistre a endommagé une grande partie de la superstructure du pétrolier ainsi que sa salle des machines et les zones de vie. Il n’a toutefois pas atteint la cargaison de brut, selon les services de secours.

Des bateaux et des avions se sont battus pendant plusieurs jours pour arrêter l’incendie du pétrolier.
AFP

«Nous n’avons observé ni fumées ni flammes sur le pétrolier depuis ce matin», a déclaré à l’AFP mercredi le porte-parole des forces aériennes Dushan Wijesinghe. Les remorqueurs continuent toutefois d’arroser «pour rafraîchir le navire».

Évaluation

Des experts en sauvetage et gestion des catastrophes, envoyés par la société néerlandaise SMIT mandatée par les propriétaires grecs du pétrolier et arrivés lundi sur place, pourraient monter à bord dès mercredi ou jeudi pour procéder à une évaluation, ont estimé des responsables des opérations de secours.

Le Sri Lanka a pris des mesures de précaution au cas où la nappe de diesel toucherait son rivage, à moins de 70 km de l’endroit où se trouve actuellement le navire, a expliqué le chef du Centre de gestion des catastrophes sri-lankais, Sudantha Ranasinghe.

ATS/NXP