Passer au contenu principal

CirculationL’idée d’une ville à 30 km/h fait polémique

L’Exécutif de la Ville veut généraliser la limitation de vitesse sur tout le territoire communal. L’idée ne fait pas l’unanimité.

Le boulevard du Pont-d'Arve après sa mise à 30 km/h, à l’époque à titre de test, en novembre 2019.
Le boulevard du Pont-d'Arve après sa mise à 30 km/h, à l’époque à titre de test, en novembre 2019.
Steeve IUNCKER-GOMEZ

Devenue ordinaire dans les rues de quartier, la limitation du trafic à 30km/h essaime sur les grands boulevards et l’Exécutif de la Ville de Genève rêve désormais de l’étendre à tout le territoire communal, jour et nuit. Invoquant une «stratégie pour réduire le bruit routier», le Conseil administratif a annoncé le 18 novembre sa volonté de «solliciter le Conseil d’État afin que l’Office cantonal des transports prenne les mesures nécessaires à la mise en œuvre de ces limitations». La compétence en la matière est de rang cantonal.

Reste que la protection contre le bruit est, elle, une obligation fédérale que Genève peine à appliquer.Une étude nationale parue en 2019 estime à 113’100 le nombre de résidents genevois qu’il reste à protéger du bruit, en dépit des assainissements déjà effectués. Cela fait de Genève le troisième canton le plus touché, derrière Zurich et Vaud.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.