Passer au contenu principal

Vous voulez rire?«Pour supporter le monde, je lâche les chiens, tant pis pour la médaille!»

Un an après le premier confinement, Marina Rollman passe à la réalisation avec «6 x confiné·e·s», diffusé lundi sur Canal+. Déjà que cette fille, c’est un sketch, maintenant l’humoriste se fait du cinéma.

Marina Rollman passe à la réalisation avec «6 x confiné·e·s», une production Canal+.
Marina Rollman passe à la réalisation avec «6 x confiné·e·s», une production Canal+.
DR/Canal+

Sous ses airs de belle plante sexy, Marina Rollman reste la fille d’à côté, une humoriste qui séduit en s’affichant «tellement nous», entre bêtise et gravité. Il y a un an, au printemps majuscule du Premier confinement, la Parisienne de Genève tendait un miroir à la précision hilarante et lucide, pestant sur YouTube et autre contre la pénurie de jeunes hommes très beaux en terrasse, l’impérialisme de Jeff Bezos, la queue temporaire chez Zara ou la mutation du virus. À 32 ans, ce témoin privilégié du «monde d’après parti en sucette» signe un moment de vrai cinéma dans «6 x confiné·e·s». Dans ce film à sketchs produit par Canal+, sa contribution perchée parie sur l’érotisme moqueur, entre rides sexy et fessier ironique. Explications.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.